L’Arcep retire les fréquences à 3 opérateurs d’Outre-Mer

4GJuridiqueMobilitéOperateursRégulationsRéseaux
3 19 Donnez votre avis

Le régulateur des télécoms vient pour la première fois de supprimer des fréquences attribuées à 3 opérateurs d’Outre-mer. Depuis 7 ans, ils n’avaient toujours pas déployé leur réseau.

L’Arcep a procédé au retrait des fréquences attribuées initialement à trois opérateurs mobiles ultramarins qui ne respectaient pas leurs obligations de déploiement et de paiement de redevance. C’est une première pour le régulateur des télécoms qui utilise à nouveau pouvoir de sanction rétabli en 2014.

La situation est exceptionnelle : dans les DOM, les opérateurs Guadeloupe Téléphone Mobile, Martinique Téléphone Mobile et Guyane Téléphone Mobile n’ont jamais effectué de déploiement en sept ans. Donc pas de regrets pour des clients qui n’existent pas.

L’obtention des fréquences remontent à 2008 : ces trois sociétés s’étaient vues attribuer des ressources en fréquences dans les bandes 900 MHz, 1800 MHz et 2,1 GHz pour déployer des réseaux mobiles 2G et 3G dans les départements de la Guadeloupe, Martinique et Guyane.

Une redistribution des fréquences à la concurrence

En 2011, l’Arcep avait mis en demeure les trois sociétés pour qu’elles respectent leurs engagements de déploiement. Les trois opérateurs pointés du doigt avaient saisi le Conseil d’Etat en référé pour tenter de suspendre la décision mais en vain. Leur demande a été rejetée par ordonnance le 8 juillet, précise l’Arcep dans sa communication.

Les fréquences libérées devraient servir à un prochain appel d’offre pour développer la 3G et de la 4G en Martinique et en Guadeloupe. Emmanuel Macron, ministre de l’Economie, l’avait annoncé la semaine dernière dans le cadre de la présentation du Plan Très Haut Débit France, rappelle ITespresso. Il n’empêche cette sanction a monopolisé du temps et de l’argent pour des opérateurs sans réseaux et sans clients. En tout cas, les concurrents ultra-marins que sont Digicel, Outre-Mer Telecom et Orange Caraïbes vont être contents de pouvoir récupérer des ressources spectrales supplémentaires.

A lire aussi :

L’Arcep veut adapter la régulation à l’heure du numérique

L’ARCEP amorce les enchères des fréquences 700 MHz

crédit photo © italianestro – shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur