Marché mobile, un plafond de 2 milliards de terminaux jusqu’en 2020

4GComposantsMobilitéPoste de travailSmartphones
1 1 Donnez votre avis

Malgré la saturation du marché, les ventes de smartphones vont poursuivre leur progression. Mais dans un contexte concurrentiel profitable aux grands fabricants principalement.

Le marché des téléphones mobiles a atteint un pic. Après des décennies de hausse, il devrait plafonner à environ 2 milliards d’unités vendues par an jusqu’en 2020, rapporte CCS Insight dans son nouveau rapport Market Forecast: Mobile Phones Worldwide 2016-2020. Pire, l’année 2016 devrait afficher un léger recul de 1,3 % par rapport à 2015, selon le cabinet d’analyses. Et ce, malgré les performances du marché chinois qui récupère d’une année 2015 faiblarde (toutes proportions gardées). Néanmoins, « en écho à la tendance mondiale, les ventes totales du pays devraient se stabiliser à environ 450 millions d’unités par an jusqu’en 2020 », avance CCS Insight.

Les smartphones s’imposent

Si le marché du téléphone mobile se stabilise, celui des smartphones poursuit sa progression. Aux dépens des terminaux basiques, donc. Avec 1,42 milliard d’unités en 2016, les ventes d’appareils sous Android, iOS, voire Windows Mobile/Phone afficheront une hausse annuelle de 4,1 % cette année. Et comptent pour 75% du marché total. Un taux qui devrait s’élever à 90% à la fin de la décennie, assure l’analyste.

Pour autant, ce marché en croissance ne profitera pas à tout le monde. Et la pression concurrentielle va s’intensifier sur les fabricants les plus modestes. « Alors que la croissance s’appauvrit, la concurrence s’intensifie et il n’est pas surprenant de voir que les marges n’ont jamais été aussi comprimées, commente Marina Koytcheva, directrice prévisionnelle chez CSS. Il sera beaucoup plus difficile de générer des revenus pour les entreprises qui ne disposent pas des économies d’échelle des fabricants tels que Samsung, Apple ou Huawei. »

Les petits constructeurs sous pression

Les prix des terminaux pourraient d’ailleurs évoluer au cours du second semestre 2016 alors que la production de composants (mémoire, écran, caméra…) a été affectée par le séisme qui a frappé le sud de Taïwan le 6 février dernier. « C’est la première fois depuis des années que nous constatons une hausse des prix des composants, ajoute Marina Koytcheva. Il sera presque impossible pour les fabricants de téléphones avec de faibles volumes de faire du profit dans ces conditions sans augmenter les prix de leurs produits. Ce qui présente une grande opportunité pour les grands acteurs comme Huawei et Samsung d’exploiter leurs économies d’échelle pour exercer une pression tarifaire et renforcer leurs positions. » Bref, ça risque de saigner chez les « petits » constructeurs.

Attendue pour 2020, l’arrivée de la 5G devrait relancer le développement du marché des terminaux mobiles pour la prochaine décennie. Si les réseaux mobiles de nouvelle génération devraient faire leurs premières apparitions avant 2020, en 2018 pour les premiers tests grandeur nature, voire avant, les premiers équipements 5G seront consacrés aux usages fixes, avance CCS Insight. Comme la couverture en ultra haut débit de zones d’habitations en alternative au déploiement de la fibre. Les smartphones conformes à la Release 15 du 3GPP (l’association de standardisation des technologies mobiles) ne sont, eux, pas attendus avant 2020. En attendant, les terminaux LTE 4G gagnent du terrain. Il devrait s’en vendre 1,1 milliard en 2016. Et 1,65 milliard en 2020. Soit 83% du marché des téléphones mobiles.


Lire également
Les ventes de smartphones au bord de la saturation en 2016
7 des 10 premiers constructeurs de smartphones sont chinois
Ye Qing (Honor) : « Elargir le marché des smartphones à 300-400 euros »

crédit photo © Maxx-Studio – shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur