Le patron de Facebook plaide l’Internet pour tous à l’ONU

Réseaux
4 2 1 commentaire

Le patron de Facebook est intervenu devant les Nations-Unies pour pousser l’accès universel à Internet. Cela passe par des initiatives comme Free Basics (ex Internet.org) et loon de Google.

Au nom d’Internet.org, Mark Zuckerberg est venu plaider la cause de l’accès Internet universel devant les Nations-Unies. Le même week-end, une tribune remarquée du fondateur de Facebook et Bono (chanteur du groupe U2) sur le même thème (intitulée « To Unite the Earth, Connect It« ) a été publiée dans le New York Times.

« L’accès Internet universel doit être considéré comme une priorité dans le monde », assure Mark Zuckerberg. Echéance visée : 2020 mais il faudra davantage se caler à l’horizon 2030 au regard du calendrier de l’ONU.

Samedi, il est intervenu au siège des Nations Unies au nom d’une campagne globale (ONE) en collaboration avec diverses personnalités, organisations à but non lucratif ou fondation (Action/2015, Bill & Melinda Gates Foundation, Mo Ibrahim Foundation, Save the Children, TED, la Fondation des Nations-Unies, Ushahidi, Bono, Richard Branson, Arianna Huffington, Shakira, George Takei, Charlize Theron et Jimmy Wales de Wikimedia).

« Nous avons un message simple. L’accès Internet est essentiel pour réaliser les objectifs mondiaux. En donnant aux personnes l’accès aux outils, au savoir et aux opportunités sur Internet, nous pouvons donner la parole à ceux qui ne parlent pas et le pouvoir à ceux qui n’en ont pas. » Tout en poursuivant : « Nous savons déjà que le Net génère de manière vitale de l’emploi, de la croissance et des opportunités. Les chercheurs nous disent que, sur un ensemble de 10 personnes connectées à Internet, l’un d’entre eux sort de la pauvreté. » Mark Zuckerberg évoque une vraie opportunité à saisir pour l’Humanité. « Si nous connectons les 4 milliards de personnes qui ne disposent pas d’accès Internet, nous avons une chance historique d’élever le monde entier dans les prochaines décennies. »

Facebook et Google à la manœuvre

Un message qui s’intègre dans une campagne plus globale sous l’égide de l’ONU dans laquelle 193 dirigeants mondiaux s’engagent à atteindre 17 objectifs mondiaux, pour « réaliser 3 accomplissements extraordinaires au cours des 15 prochaines années » : mettre fin à l’extrême pauvreté, lutter contre les inégalités et l’injustice et régler le problème du changement climatique.

A travers l’initiative Internet.org, Mark Zuckerberg s’inscrit donc dans le volet ConnectTheWorld du programme One. Le projet avance : un milliard de personnes disposent d’un accès à des services basiques de connexion à travers l’Asie, l’Afrique et l’Amérique latine.

Les développeurs volontaires sont mis dans la boucle depuis le printemps. Plus de 60 services sont désormais disponibles dans 19 pays. Comme la possibilité de lancer une vitrine Internet permettant d’initier du business, souligne ITespresso.

Avec l’option Free Basics, Internet.org fournit un effort de confidentialité. C’est un outil de chiffrement des informations qui fait la jonction entre les personnes, les sites Web et les services (disponible « dans la mesure du possible »).En fait, la dénomination Free Basic par Facebook devient le nouveau nom de l’application et du site Web mobile. « Pour bien faire la distinction entre [l’organisation] Internet.org et les programmes et services que nous proposons, incluant Free Basics. »

Parallèlement, Google avance aussi avec son propre projet d’extension de l’accès Internet dans le monde. Mais les moyens technologiques divergent.

Google compte notamment s’appuyer sur son programme Loon de ballons gonflés à l’hélium dans la stratosphère. Hier (27 septembre), la firme Internet de Mountain View a annoncé qu’elle allait équiper 400 gares indiennes en accès WiFi gratuit à moyen terme (dont 100 d’ici fin 2016).

A lire aussi :

Internet.org de Facebook : pour tous, mais sans neutralité du Net
Le drone Aquila de Facebook : un défi technique et réseau


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur