Le « père de Java » James Gosling rejoint Amazon

CloudProjetsRégulations

A l’origine du développement de Java chez Sun Microsystems, James Gosling a annoncé rejoindre les rangs d’Amazon Web Services. Pour y faire quoi ?

Amazon Web Services (AWS) vient de recruter une figure de l’industrie IT en la personne de James Gosling. « L’heure du changement est arrivée. Je pars de Boeing Defense (née Liquid Robotics), avec beaucoup de souvenirs. Aujourd’hui, je démarre une nouvelle aventure chez Amazon Web Services », a confirmé l’intéressé sur sa page Facebook.

James Goslin est considéré comme le « père de Java », le langage de programmation orienté objet qu’il a développé au début des années 90 chez Sun Microsystems avec Patrick Naughton. Java deviendra l’une des plates-formes les plus populaires au monde utilisée dans les applications d’entreprise. Le développeur canadien quittera Sun en 2010 après l’acquisition de cette dernière par Oracle en 2009. Il n’a jamais explicité clairement les raisons de son départ mais, à la veille de la JavaOne 2010, il rappelait à Oracle de respecter l’engagement pris en 2007 à ouvrir le processus de développement de Java.

Oracle, Google, Liquid Robotics, AWS

La courte aventure Oracle terminée, James Gosling a profité d’une année sabbatique avant de rejoindre Google en mars 2011 pour y officier en tant que « expert Java ». Pas pour longtemps. En août de la même année, il annonce son départ de la firme de Mountain View. Laquelle est entrée en plein conflit avec Oracle qui l’accuse de violer les brevets relatifs à Java.

James Gosling affirmera néanmoins que son départ de Google était uniquement motivé par son envie de rejoindre Liquid Robotics, une start-up spécialisée dans la fabrication de robots chargés de sillonner les mers pour récolter des données océanographiques. Le développeur se chargera notamment de les programmer. L’entreprise annoncera son acquisition par Boeing en décembre 2016.

Un Cloud IoT ?

Chez AWS, James Gosling aura le titre de « ingénieur distingué ». Si Amazon a confirmé l’arrivée du prestigieux développeur, l’entreprise n’a pas détaillé l’objet de sa mission ni son secteur de prédilection. Son expertise en matière d’Internet des objets (Iot) et de Cloud public dédiés aux objets connectés laisse entendre qu’il pourrait s’investir sur ses questions chez AWS. « Dans mon cas, il n’y a pas de fournisseurs de Cloud [que Liquid Robotics] peut utiliser, donc nous finissons par déployer le notre en propre, ce qui est véritablement douloureux, déclarait-il l’année dernière à IP Expo Europe, selon des propos rapportés par VentureBeat. Beaucoup de fournisseurs de Cloud rendraient ma vie extrêmement facile, mais convaincre les gardes-côtes de n’importe quel pays qu’ils devraient faire confiance à Amazon est vraiment, vraiment difficile. » Bientôt un Cloud « liquide » chez AWS ?


Lire également
James Gosling : ‘Java vit désormais sa propre vie’
Pour l’IoT, Amazon délaisse sa religion du tout Cloud
La stratégie IoT des grands acteurs IT

Photo credit: yuichi.sakuraba via Visualhunt / CC BY-NC

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur