Le premier modem 5G du marché est signé Intel

ComposantsMobilitéPoste de travail
0 14 Donnez votre avis

Goldbridge, le premier modem du marché pour appareils 5G, évoluera dans les bandes de fréquences sous les 6 GHz et les ondes millimétriques en 28 GHz.

Intel profite du CES 2017 pour annoncer le premier modem 5G du marché pour les terminaux, pour l’heure présenté sous le nom de code Goldbridge. Bien en amont du lancement de la 5e génération de réseau mobile attendu en 2020. Mais, aux dires de son concepteur, le futur modem est taillé pour supporter les principales normes 5G NR (New Radio) définies par la 3GPP (l’association des acteurs de l’industrie mobiles) en matière de Massive MIMO (usage d’un grand nombre d’antennes), de beamforming (transmission directionnelle permettant de cibler le signal et limiter la perte énergétique), de structure de trame radio, etc.

Avec Goldbridge, l’entreprise de Santa Clara ambitionne ainsi de répondre à l’ensemble des usages verticaux que prévoit de mettre en œuvre la 5G. Que ce soit en matière de santé connectée, de véhicules autonomes, d’exploitation des drones, de smart cities, d’industrie 4.0, d’agriculture connectée ou bien dans l’amélioration des usages mobiles vers une meilleure connectivité avec la fusion de la réalité virtuelle/augmentée. Ce qui passe notamment par une latence sous la milliseconde d’une part, et la capacité à transférer rapidement des quantités massive de données.

Couvrir l’ensemble des bandes 5G de la planète

Pour y répondre, Goldbridge supportera les gammes de fréquences millimétriques dans la bande des 28 GHz (24,25 à 27,5 GHz). Ces ultra hautes fréquences, aujourd’hui peu exploitées, offre des bandes de fréquences suffisamment larges pour pouvoir atteindre des débits au-delà du gigabit/s. Des tests seront notamment effectués aux Etats-Unis, au Japon et en Corée dans cette bande. Le futur modem supportera également les fréquences sous les 6 GHz, notamment les bandes installées entre 3,3 GHz et 4,2 GHz qui devraient se libérer en Europe et en Chine, notamment, au profit des applications mobiles. Intel espère ainsi être en mesure de répondre aux différentes configurations techniques réglementaires sur l’ensemble de la planète à partir d’un seul produit. Il restera néanmoins à valider l’usage effectif de ces bandes par les instances de chaque pays et à l’échelle internationale. La bande des 32 GHz (31,8 à 33,4 GHz) qui pourrait également se libérer à l’horizon 2022 n’est ainsi pas évoquée à Santa Clara.

intel-5g-modem

Toujours est-il que Goldbridge aura la capacité de supporter jusqu’à 800 MHz de largeur de bande hertzienne. Ce qui amène à un débit théorique de 6 Gbit/s selon nos calculs. Qui plus est, l’offre d’Intel maintiendra une rétrocompatibilité LTE (4G) grâce à l’intégration du modem maison XMM 7360 dévoilé à Barcelone en 2015.

Une plate-forme pour l’industrie mobile

Les premiers exemplaires du Goldbridge seront disponibles dans le courant du second semestre, précédé de son module RFIC (émetteur-récepteur radio) attendu dans le courant du premier semestre (ce qui permettra aux acteurs d’effectuer les premiers tests). En parallèle, Intel proposera GO, la première plate-forme de test de connectivité 5G dédiée au secteur automobile (ACP). Un marché prometteur, s’il en est, pour le développement du premier fournisseur de composants électronique de la planète comme pour les équipementiers automobile et les opérateurs qui voient arriver une nouvelle classe d’usages de leurs réseaux.

Intel est loin d’être le premier fournisseur à développer des solutions pour la 5G. Il devra batailler avec l’incontournable rival Qualcomm. Ce dernier a anticipé le mouvement de manière transitoire. Il y a bientôt un an, en prélude au Mobile World Congress (MWC) de Barcelone, l’entreprise présentait le Snapdragon X16, un modem LTE-Advanced Pro (4G LTE Cat 16) capable d’atteindre près de 1 Gbit/s de débit. Nul doute que Barcelone sera une nouvelle occasion pour Qualcomm de faire des annonces majeures autour de la 5G. Autant d’innovations qui devraient donner le signal de départ du développement d’applications 5G.


Lire également
AT&T teste la 5G grandeur réelle chez Intel et avec Ericsson
CES 2017 : Intel renouvelle ses processeurs desktop
Les premiers processeurs Intel en 10 nanomètres attendus en 2017


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur