Le très haut débit toujours porté par la fibre en France en 2015

FibreRéseaux
déployer la fibre optique en France
3 15 Donnez votre avis

Avec 4,3 millions d’abonnements à des offres supérieures à 30 Mbit/s, le très haut débit a connu une croissance de 44% en 2015 en France. Dont 53% en fibre optique de bout en bout.

Qu’il soit en cuivre (VDSL2), en terminaison câble coaxiale (FTTB, FTTLA et HFC) ou optique de bout en bout (FTTH), le très haut débit (THD) a accéléré sa progression en France en 2015. Au 31 décembre, 4,3 millions de foyers bénéficiaient d’une connexion Internet supérieure à 30 Mbit/s. Soit 1,3 million d’abonnements supplémentaires (+44%). 385 000 sur le seul 4e trimestre dont 240 000 à plus de 100 Mbit/s avec 170 000 en FTTH. L’adoption du THD est notamment portée par celle du FTTH. Pas moins de 500 000 foyers ont basculé sur cette technologie en 2015 (+53%) contre 375 000 en 2014, selon les derniers chiffres publiés par l’Observatoire des marchés des communications électronique de l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes).

Cette accélération s’explique notamment par la forte progression, de 56% en un an, de la location des infrastructures optiques posées par Orange pour déployer des offres FTTH ou FTTLA (Last Amplifier). Soit 28 760 km de génie civil en conduite utilisés par les opérateurs alternatifs contre 18 470 km en 2014.

5,6 millions de logements éligibles au FTTH

De fait, le nombre de foyers éligibles à la fibre de bout en bout progresse plus rapidement que celui du coaxial. Fin décembre, près de 5,6 millions de logements pouvaient être raccordés au FTTH, soit une hausse annuelle de 38%. Plus du double des 16% de croissance des foyers raccordables aux offres hybrides câblo-optique (HFC) supérieures à 100 Mbit/s et au 9% de hausse pour l’ensemble des 14,5 millions de foyers éligibles au THD. Le dernier trimestre 2015 a d’ailleurs battu un record avec 583 000 logements éligibles FTTH supplémentaires (+12%). Le dernier en date datait du 4e trimestre 2014 avec 424 000 logements.

A noter que 2,2 millions de lignes optiques sont situées en dehors des zones très denses, rentables plus rapidement pour les opérateurs, et 881 000 sont opérables sur des réseaux d’initiative publique (RIP). « La croissance est particulièrement forte ce trimestre pour les réseaux d’initiative publique (+ 17 %), note le régulateur. Les déploiements FTTH en zones moins denses (+367 000) ont été plus importants qu’en zones très denses (+217 000). » Qui plus est, environ 3,5 millions de logements (soit 62% des foyers éligibles au FTTH) pourront choisir entre deux offres d’opérateurs. Une hausse de 35% sur un an dynamisée par les mécanismes de mutualisation mis en place par la réglementation.

Recul du haut débit

Concurrencés par le THD, les offres à moins de 30 Mbit/s, essentiellement portées par l’ADSL, reculent de 95 000 abonnements au cours du dernier trimestre et plus de 400 000 sur l’ensemble de l’année. Elles n’en continuent pas moins d’alimenter 22,6 millions de foyers (dont 12,4 millions d’accès dégroupés). Néanmoins, avec un total de 26,9 millions de foyers raccordés, le marché de l’accès Internet fixe a progressé de 900 000 raccordements sur l’année (290 000 au cours du dernier trimestre), soit une hausse de 3,4%. Au total, 30,2 millions de lignes de cuivre sont éligibles au haut débit en technologies xDSL. Le chemin est encore long avant le basculement vers le THD alors que se rapproche l’échéance de 2022 qui, dans le cadre du plan France THD, vise à couvrir la quasi-totalité du territoire en THD sur le plan horizontal, dont plus de 80% en FTTH.


Lire également
Déploiement de la fibre optique en France : ça sent la panne
Plan France THD : le Sénat craint une nouvelle fracture numérique
La fibre aérienne au service du plan France THD

crédit photo © zuchero – Fotolia.com

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur