Les entreprises thésaurisent des bitcoins en cas de ransomware

DSIGouvernanceMalwaresPolitique de sécuritéProjetsRégulationsSécurité

Une étude menée par Citrix constate que des entreprises collectent des bitcoins dans le cas où elles seraient victimes d’un ransomware.

En cas de ransomware, il y a la théorie : ne jamais payer la rançon. Et puis il y a la pratique où certaines sociétés n’ont d’autre choix que de régler la facture en espérant retrouver un accès aux données bloquées. Fort de ce constat, Citrix, spécialiste de la virtualisation, a mené une enquête auprès des entreprises britanniques pour savoir comment elles se préparaient face aux rançongiciels. Les résultats sont assez surprenants et peuvent apporter des enseignements dans d’autres pays.

23 bitcoins

Ainsi, l’étude a montré que 42% des 500 DSI interrogés stockent des bitcoins en prévision d’une attaque de ransomware. L’accumulation de crypto-monnaie n’atteint pas de sommes énormes, mais les entreprises thésaurisent en moyenne 23 bitcoins soit un peu plus de 56 000 euros. 28% des sondés ont plus de 30 bitcoins dans leur portefeuille. Dans ce type d’attaques, les cybercriminels réclament leur dû en bitcoins, un moyen de paiement anonyme. Dans le détail, la taille des entreprises jouent sur le montant de ce matelas de crypto-monnaie. Le taux est de 50% chez les PME-PMI (250 à 500 salariés) avouant collectionner des bitcoins en prévision. Les entreprises de plus de 1000 salariés sont seulement 24% à se tourner vers cette assurance.

L’étude montre également que le niveau de paiement accepté par les grandes entreprises a fortement augmenté (+361% sur un an) pour atteindre en moyenne près de 160 000 euros. Les cybercriminels sont devenus plus gourmands et les entreprises provisionnent plus ce risque. Tous les éditeurs constatent une forte progression des campagnes de ransomwares. Considérés comme le gagne-pain des cybercriminels, ces attaques se révèlent très lucratives. Et le cas récent de WannaCry a montré que la propagation peut aller très vite au sein des entreprises.

A lire aussi :

WannaCry : le ransomware qui n’a plus besoin du phishing

Ransomwares : 38 % des victimes paient leur rançon

Crédit Photo : Bacho-Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur