Les McLaren F1 à la merci d’un vieux PC Compaq de 20 ans

DSIPCPoste de travailProjets
3 51 Donnez votre avis

La maintenance des supercars F1 de McLaren est réalisée à partir d’un vieux PC portable Compaq de 20 ans. Les ingénieurs travaillent sur une évolution de l’interface.

Quand on parle de voiture d’exception comme Ferrari, Lamborghini, les premiers mots qui viennent sont puissance, modernité, design, etc. Mais on ne s’attend pas dans ce monde où l’informatique règne en maître à trouver un vieil ordinateur portable comme pierre angulaire de leur maintenance. Et c’est pourtant ce qui arrive chez McLaren et plus exactement sur les F1 supercar, comme a pu le constater notre confrère de Jalopnick.

Le combat de l’ancien et du moderne

Pour rappel, la McLaren F1 est une bête de course intégrant un moteur BMW d’architecture V12 à 60° de 6,1 litres de cylindrée. Elle a été produite à 106 exemplaires entre 1993 et 1998, 71 homologuées, 28 de course, et 7 prototypes. Elle a été une des premières voitures à emprunter à ses homologues de la Formule 1 des fonctions de télémétrie gérées par des processeurs. Le début des voitures connectées pour un prix d’entrée à l’époque de la machine 640 000 livres sterling (plus de 800 000 euros).

En visite dans le centre des opérations spéciales (à quelques minutes du centre technologique du constructeur) à Woking en Angleterre, le reporter de Jalopnick a noté la présence de plusieurs Compaq LTE 5280. Ce dernier fonctionnait suite à un accident d’un des bolides en Italie. Ce PC vintage a été commercialisé au début des années 90. La fiche technique nous informe qu’il était équipé d’un processeur Intel Pentium cadencé à 150 MHz, avec 16 Mo de RAM, un disque dur de 1,35 Go, un lecteur de disquette, etc. Le tout fonctionnant sur Windows 95. On le trouve à 300 dollars sur Ebay. Un contraste quand on sait que le design, les performances, la gestion de la pénétration dans l’air sont calculés, analysés par des stations de travail dernière génération.

Un changement d’interface très lent

Mais revenons sur le Compaq LTE 5280. Notre confrère s’est empressé de demander aux ingénieurs présents les raisons de cet équipement  antédiluvien dans ce monde de modernité. « La raison pour laquelle nous avons besoin de ces laptops est qu’ils disposent d’une carte CA (Conditionnal Access) faite sur mesure. » Et d’expliciter ses propos : « La carte CA est une interface entre le logiciel de l’ordinateur (basé sur DOS) et la voiture. »

Ils ajoutent que « nous travaillons actuellement sur une nouvelle interface qui sera compatible avec les PC les plus récents. D’autant plus que les vieux Compaq sont de moins en moins fiables et de plus en plus difficiles à trouver ». Encore un exemple de résistance au changement qui ne touche pas que l’IT, enfin presque.

A lire aussi :

L’informatique quantique… sur du bon vieux silicium ?
203 millions de voitures connectées « upgradables » à distance en 2022

Crédit photo : Dong liu-Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur