Les MIPS en soutien de Linux pour contrer l’avancée des ARM 64 bits

CloudComposantsDatacenters
Rhino Labs MIPS appliances
3 1 Donnez votre avis

C’est par la porte des équipements réseau que les puces MIPS64 comptent se faire une place dans les datacenters. La puissance est au rendez-vous. Debian aussi.

Imagination Technologies veut donner un coup de fouet au développement de Linux pour ses puces RISC MIPS. La société vient d’offrir des appliances Rhino Labs SDNA-7130 au projet Debian, qui pourra ainsi adapter son OS Linux à ces solutions réseau.

Une manière pour la firme de rappeler que ses processeurs ne sont pas seulement dédiés au marché de l’électronique embarqué. Comme les puces ARM, les MIPS ont commencé leur carrière dans de puissantes stations de travail, et entendent bien montrer les muscles dans des offres serveur et réseau de nouvelle génération.

« Les appliances SDNA-7130 proposent un stockage local, ce qui simplifie l’administration de ces machines, explique Aurelien Jarno, membre du projet Debian. Les unités à virgule flottante nous permettent de construire et tester des logiciels de calcul intensif sur l’architecture MIPS, nous permettant ainsi d’offrir aux utilisateurs un ensemble cohérent de paquets sur plusieurs architectures CPU. »

Des appliances de 4 à 48 cœurs MIPS64

L’appliance SDNA-7130 est équipée d’un processeur Cavium Octeon III CN7130, comprenant quatre cœurs MIPS 64 bits cadencés à 1,5 GHz, épaulés par 4 Go de RAM et 4 Go d’eMMC. La connectique comprend 6 ports Ethernet Gigabit et un double port d’extension permettant d’ajouter des modules WiFi et LTE. Un second modèle, plus puissant, offre 8 Go de RAM. Un troisième allie 8 Go de RAM, 1 port 10 GbE et quatre connecteurs Ethernet Gigabit.

Mais ce n’est pas tout. Rhino Labs couvre toute la gamme Octeon, avec les SDNA-7240 (Cavium Octeon III CN7240 8 cœurs à 2,2 GHz et 16 Go de RAM), les SDNA-7360 (Cavium Octeon III CN7360 16 cœurs à 2,5 GHz et 32 Go de RAM) et les SDNA-7890 (Cavium Octeon III CN7890 48 cœurs à 2,5 GHz et 64 Go de RAM). Les plus puissantes de ces appliances pourront accueillir jusqu’à 8 ports 10GbE.

Cavium MIPS VS Cavium ARM

Si les Cavium Octeon III de la série CN7000 se distinguent surtout sur des produits réseau, c’est du fait de la domination de cette architecture processeur sur ce marché. Mais les MIPS souhaitent aussi débarquer dans le monde des serveurs. En plus d’une riche connectique réseau comprenant des ports 1 GbE, 10 GbE et 40 GbE, ces puces proposent du PCI Express, de l’USB 3.0, du Sata 3.0 et le support hardware de la virtualisation, du chiffrement de la compression, de l’inspection de paquets réseau, etc.

La gamme s’étend de composants à refroidissement passif 4 cœurs à 1 GHz jusqu’à des processeurs comprenant 48 cœurs à 2,5 GHz, capables de gérer 512 Go de DDR4, de piloter des interfaces réseau en 40 GbE et de fonctionner en tandem, pour un maximum de 96 cœurs par machine. De quoi quasiment concurrencer les plus puissantes des puces ARM, les ThunderX CN8000, proposées elles aussi par Cavium, mais axées plus directement sur le marché des serveurs.

À lire aussi :
OpenBSD 5.8 s’intéresse aux puces MIPS multicœurs
Processeurs : la Chine met le turbo avec ses puces MIPS
Les puces MIPS d’Imagination Technologies battent certains Core i7


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur