Lexmark se vend 3,6 milliards de dollars à un consortium asiatique

BureautiqueImprimantesLogicielsPoste de travailRégulations
Accord vente (crédit photo © Minerva Studio - shutterstock)
4 7 Donnez votre avis

Le fabricant d’imprimantes Lexmark se vend intégralement à un consortium qui devrait l’aider à accélérer son expansion en Asie-Pacifique.

Lexmark a annoncé avoir accepté l’offre de rachat d’un consortium d’investisseurs composé d’Apex Technology (Apex), et des fonds PAG Asia Capital (PAG) et Legend Capital, à raison de 40,50 dollars par action. Un montant qui valorise le constructeur de solutions d’impression à hauteur de 3,6 milliards de dollars. L’intégralité du capital sera racheté, en cash.

L’offre a été unanimement approuvée par l’ensemble des membres du conseil d’administration de l’entreprise spécialisée en solutions d’impression matérielles et logicielles. Le bonus de 30% par rapport au prix figé de l’action le 21 octobre dernier lors de l’annonce publique de l’ancienne division d’IBM d’explorer de nouvelles voies pour son développement a certainement pesé favorablement dans la transaction.

Un simple changement de propriétaire

Celle-ci s’apparente à un simple changement de main du capital. Le siège social de l’entreprise américaine devrait être maintenu à Lexigton (Kentucky) et son actuel PDG (président et CEO), Paul Rooke, devrait conserver son titre après la finalisation de l’opération attendue dans le courant du second semestre 2016. Les deux divisions du fabricant d’imprimantes, Imaging Solutions et Services and Enterprise Software, ne seront pas réorganisées.

« La transaction sera bénéfique pour nos clients et offrira de nouvelles opportunités pour nos employés, veut croire Paul Rooke. Dans le cadre du Consortium, Lexmark sera en mesure d’atteindre le prochain niveau de croissance et de l’innovation, au bénéfice de nos clients, partenaires et fournisseurs, plus vite que nous pourrions le réaliser nous même. » L’arrivée de PAG dans le capital de Lexmark devrait notamment l’aider à accélérer son expansion dans la zone Asie-Pacifique. « Nous prévoyons que la transaction ne perturbera pas nos activités ou nos initiatives en cours de réduction des coûts, et ne fera que renforcer l’entreprise », ajoute Jean-Paul Montupet, administrateur principal du conseil d’administration de Lexmark.


Lire également
Impression 3D : HP désormais dans les starting-blocks

crédit photo © Minerva Studio – shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur