Comment fonctionne Linky, le compteur communiquant d’ERDF

M2MProjetsRégulationsRéseauxSecteur Public
4 11 Donnez votre avis

ERDF lance le déploiement de Linky. D’ici 2021, 35 millions de compteurs communicants seront installés. Communication par CPL et données cryptées « sur toute la chaîne » sont au programme.

En marge de la conférence mondiale sur le climat (Cop21), le gestionnaire du réseau public de distribution d’électricité, ERDF, donne le coup d’envoi, ce mercredi 1er décembre, des déploiements du compteur communicant Linky. D’ici 2021, ce sont 35 millions de compteurs communicants fabriqués par des entreprises sélectionnées sur appel d’offres, qui devraient être installés chez les particuliers et dans les entreprises en France. ERDF financera l’achat et la pose des compteurs. Le but : accompagner la transition énergétique et la modernisation du réseau tout en se conformant à la directive européenne de 2009 sur le déploiement des smart grids.

Linky surfe sur les courants porteurs en ligne

Équipement électrique basse puissance, Linky est équipé de capteurs et utilise le réseau existant pour recevoir et transmettre des données sans l’intervention physique d’un technicien. « Le signal est transmis via les câbles électriques (en utilisant la technologie des courants porteurs en ligne – CPL) et le concentrateur (situé la plupart du temps dans le poste de distribution) agrège les données d’une grappe de compteurs et les transmet, par GPRS, au système d’information centralisé Linky », précise ERDF. Les données « font l’objet d’un cryptage sur toute la chaîne », ajoute le gestionnaire. Cette chaîne du traitement des données issues des compteurs est censée respecter le référentiel de sécurité produit par ERDF et certifié par l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi).

Par ailleurs, « les données de consommation appartiennent au client et ne peuvent être utilisées sans son accord », ajoute ERDF. Concertée, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) considère « acceptable et suffisamment protectrice une conservation limitée de la courbe de charge à l’intérieur du compteur, sans remontée vers le gestionnaire ». Car cette courbe (mesure de la consommation électrique) « ne quitte pas le domicile de l’abonné (enregistrement en local) ». Elle « ne peut donc pas être transmise à des tiers (par exemple les fournisseurs d’énergie ou les sociétés commerciales proposant des travaux d’isolation ou de pose de fenêtres) sans le consentement des abonnés ».

Relevé automatique et pilotage à distance

Avec Linky, les relevés de consommation, les changements de puissance du compteur et les modifications éventuelles du contrat se feront à distance, sans rendez-vous. La facture du client sera basée sur sa consommation réelle et non plus à partir d’un relevé de consommation réalisé tous les six mois. Le client pourra suivre sur un portail Internet dédié et sécurisé sa consommation, mais celle-ci sera affichée en kilowattheures et non en euros (une donnée qui aurait pourtant été utile au client pour adapter sa consommation ou changer de fournisseur). ERDF assure que les interventions sur Linky pourront être réalisées sous 24 heures (pour réactiver le courant après un déménagement par exemple). Linky est aussi censé faciliter le recours aux énergies renouvelables car le compteur prend en compte tant la production (issue du photovoltaïque ou de l’éolien) que la consommation.

Les fournisseurs d’électricité (EDF, Engie, Direct Energie, Ernercoop…) devraient trouver en Linky un outil pour affiner leur relation client, proposer de nouveaux services et diversifier leurs offres tarifaires. Le compteur nouvelle génération peut être utilisé pour le pilotage à distance d’autres équipements électriques domestiques. Pour les collectivités locales (propriétaires du réseau de distribution), des économies pourront être réalisées et des politiques engagées à partir de l’analyse de données massives de consommation (qui seront anonymisées). ERDF, lui-même, va devenir un acteur de poids du Big Data.

Un projet industriel de 5 milliards d’euros au moins

Soutenu par les gouvernements successifs (Fillon, Ayrault, Valls), ce vaste chantier industriel et logistique devrait soutenir la création de 10 000 emplois en France. Son coût est estimé entre 5 et 6 milliards d’euros sur 6 ans. « Le déploiement sera engagé dans toutes les régions administratives avant fin 2016, dans toutes les capitales ou métropoles régionales avant fin 2017, et dans tous les départements avant fin 2018. L’objectif est de remplacer 90 % des anciens compteurs dans 35 millions de foyers d’ici 2021, dont 3 millions l’an prochain », souligne ERDF. Le client sera informé par courrier 30 à 45 jours avant la pose possible. Celle-ci sera assurée par une entreprise mandatée (cf. calendrier de pose Linky).

Lire aussi :

ERDF retient 16 entreprises pour déployer les compteurs Linky
ERDF choisit les entreprises pour la production des compteurs Linky

crédit photo © ERDF

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur