Desktop : Linus Torvalds espère toujours que Linux supplantera Windows

Poste de travail

« Je pense que nous y arriverons un jour », explique Linus Torvalds au sujet de Linux dans le monde desktop. Il lui faudra toutefois vaincre les réticences des constructeurs et des utilisateurs, accrochés à Windows ou OS X.

La LinuxCon North America de Chicago bat son plein. L’occasion de rencontrer les leaders de ce projet open source. À commencer par Linus Torvalds, créateur du noyau Linux.

Lors d’une session organisée dans le cadre de la LinuxCon, ce dernier a regretté que les OS basés sur Linux ne se soient toujours pas imposés sur les machines desktops. Un marché qu’il espère toutefois encore conquérir. « Le défi sur le bureau n’est pas un problème de kernel, explique-t-il. C’est un problème d’infrastructure. Je pense que nous y arriverons un jour. »

C’est également un problème de choix stratégique de la part des constructeurs de PC. De fait, Linux s’est imposé dans toute l’industrie, sans que cela gêne outre mesure les consommateurs. Ces derniers ont ainsi pris l’habitude d’utiliser des set-top boxes fonctionnant sous Linux (dont les boxes des opérateurs français), des téléphones sous Linux (dont ceux utilisant Android) et même parfois des ordinateurs Linux, comme les Chromebooks de Google.

Des habitudes de consommation bien ancrées

À bien des égards, Linux s’est d’ores et déjà imposé dans le secteur des ordinateurs personnels (principalement au travers d’Android). Reste que les OS Linux historiques n’arrivent toujours pas à s’imposer sur le marché desktop, trusté par Windows et OS X.

Les constructeurs ne sont toutefois pas les seuls coupables. Les mêmes utilisateurs qui louent la facilité d’utilisation d’Android et des boxes Internet critiquent les OS Linux desktops pour leur trop grande complexité. La résistance au changement reste toujours et encore le véritable ennemi de Linux dans le monde desktop.

A lire aussi :

Logiciels libres : Munich va-t-il faire volte-face ?

La région de Valence a économisé 36 millions d’euros, grâce à Linux

Linux reste le champion incontesté des supercalculateurs


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur