Linus Torvalds remballe les discours sur l’innovation

CollaborationLogicielsOpen SourceOSPoste de travail

Connu pour son franc-parler, le fondateur de Linux considère les discours sur l’innovation technologique comme des foutaises.

Jamais avare d’une pique acerbe, Linus Torvalds s’est encore fait remarquer dans un entretien mené lors du sommet sur leadership Open Source. A l’occasion de cet évènement organisé par Jim Zemlin, dirigeant de la Fondation Linux, il a expliqué tout le mal qu’il pensait du discours sur l’innovation technologique actuelle. « Les discours sur l’innovation de l’industrie sont des conneries (bullshit) », a-t-il expliqué. Avant d’ajouter que « n’importe qui peut innover, « penser différemment », c’est vide de sens. 99% de l’innovation provient du travail réalisé. »  

Et c’est bien sur cette notion de travail que le créateur de Linux insiste. « Tout ce tapage est loin du travail réel. Ce dernier se mesure dans les détails. » Pour enfoncer le clou, « les projets qui réussissent, c’est 99% de transpiration et 1% d’innovation ». En tant que gardien du noyau Linux et créateur du système de contrôle de version distribué Git, Linus Torvalds a des exemples pour montrer que les efforts payent.

Le collaboratif aussi important que la technologie

Le noyau Linux est un projet collaboratif avec 13 500 contributeurs depuis 2005, apportant 10 000 lignes de code, en supprimant 8 000 et en modifiant 1500 à 1800 lignes par jour, assure Jim Zemlin. « Nous faisons cela depuis 25 ans et l’un des problèmes était que les gens parfois se marchaient les uns sur les autres », explique Linus Torvalds. « Donc pour régler cette histoire, nous avons organisé le code, le flux du code  et la maintenance pour que les points litigieux,  en raison de désaccord avec des développeurs sur des morceaux de code, disparaissent », poursuit le mentor de Linux.

Il n’écarte pas la technologie comme élément important mais, pour lui, le processus est aussi important. « Il s’agit d’un projet social et il s’agit de technologie, celle-ci doit permettre aux gens de s’entendre sur les problèmes ». Des évolutions qui lui ont permis de ne plus revenir personnellement sur chaque changement de code. Il s’appuie sur le réseau des contributeurs, « de confiance et très solide. Il peut y avoir 1000 personnes impliquées dans chaque version ».

A lire aussi :

ARM ne détrône pas l’architecture x86, selon Linus Torvalds

Linus Torvalds prophétise l’arrivée de laptops ARM en 2016


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur