Linux 4.2 promet d’être une des plus grosses releases jamais proposées

DéveloppeursDSILogicielsOpen SourceOSPoste de travailProjets
24 34 Donnez votre avis

Plus d’un million de lignes de code ont été ajoutées au noyau Linux 4.2. En cause, un pilote refondu pour les GPU AMD, mais également le support de nouvelles plates-formes processeur.

La période d’ajout de fonctionnalités au sein du noyau Linux 4.2 est terminée. Et les nouveautés seront nombreuses pour cette future version du kernel Open Source, indique Linus Torvalds sur la liste LKML (Linux Kernel Mailing List).

Le créateur du noyau Linux indique que ce sera une des plus grosses releases effectuées récemment. Il tempère toutefois ses prévisions initiales : « Je pensais que cette version serait l’une des plus grosses jamais proposées, mais il se trouve que cela dépend de la façon dont vous comptez. En nombre de commits purs, c’est en effet l’une des rc1 les plus grosses dans l’histoire récente de Linux. Toutefois, la 3.10-rc1 était presque aussi grande et il se trouve que la 3.15-rc1 avait plus de commits (d’un cheveu) que la 4.2-rc1. »

« Cependant, si vous comptez la taille en nombre de lignes changées, cela semble vraiment être la plus grosse RC nous ayons jamais eue, avec plus d’un million de lignes supplémentaires (et environ un quart de million de lignes retirées). Elle bat le précédent champion (la 3.11-rc1) qui devait principalement sa taille à l’inclusion de Lustre dans le kernel, » explique Linus Torvalds.

Du mouvement côté AMD et ARM

Le gros des changements est ici aussi lié à un seul projet : la refonte du support des GPU AMD. Un patch massif, dont la taille a été boostée par le simple catalogue des registres des GPU AMD, qui compte pour 41 % des changements apportés à la RC1 de Linux 4.2. Au total, 49 % des changements présents dans cette RC1 sont liés au pilote AMDGPU.

Le reste se répartit pour l’essentiel entre le support de diverses nouvelles plates-formes processeur, avec celui de nouvelles cartes mères ARM formant le gros des troupes, suivi de la gestion des puces Intel Atom « Broxton » et d’une sérieuse révision de la prise en charge des processeurs x86. « C’est assez inhabituel, le code x86 de bas niveau étant relativement stable et étant rarement sujet à ce genre de grands changements », constate Linus Torvalds. Notez enfin que le support de l’architecture processeur Renesas H8/300 est proposé au sein de Linux 4.2.

Bonne nouvelle, la gestion de la mise en file d’attente des commandes Trim (NCQ Trim) a été affinée, avec l’espoir de mieux gérer les SSD l’implémentant de façon incorrecte. Linux 4.2 devrait ainsi mettre fin aux pertes de données constatées dernièrement (voir à ce propos notre article « Gestion des SSD : attention au bug du Trim sous Linux ! »).

D’autres correctifs sont apportés aux systèmes de fichiers, avec à la clé de meilleures performances, une plus grande stabilité et de nouvelles options de chiffrement des données. Enfin, le support UEFI continue à progresser, permettant ainsi une meilleure prise en charge des ordinateurs de nouvelle génération.

À lire aussi :
Sécurité et performances au menu de Red Hat Enteprise Linux 7.2
Linux progresse de 12,3 % sur le marché EMEA des serveurs
Linux : Red Hat affine ses ARMes


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur