2005214-source-source-linux-windows

Linux deux fois plus utilisé que Windows !

Dans le monde “desktop” actuel, Microsoft est loin de se montrer le premier fournisseur d’OS. Un rôle dévolu à Google, suivi d’Apple, la firme de Redmond n’arrivant qu’en troisième position.

Si l’on considère l’ensemble de la sphère informatique personnelle, les machines Windows représentent 20% de parts de marché, quand les OS basés sur un noyau Linux font plus du double, à 42% de parts de marché.

C’est ce que rapportent nos confrères de Tom’s Hardware en se basant sur les chiffres de NetApplications.

L’élargissement de la sphère desktop…

Une affirmation qu’il convient d’expliquer. Au cours des ans, le monde de l’informatique “desktop” s’est élargi. Les smartphones et tablettes ont ainsi rejoint les PC et ordinateurs portables d’autrefois.

Il n’est plus aujourd’hui pertinent de faire le distinguo entre les deux, les usages (accès internet, applications personnelles ou professionnelles) étant quasi similaires.

Cet élargissement du monde de l’informatique personnelle s’est accompagné d’un déplacement fort des lignes. Car qui dit tablettes et smartphones, dit Android (Google) et iOS (Apple).

Il y a dix ans, le secteur desktop était dominé par Microsoft, avec 95% de parts de marché, devant Apple, à 5%. Aujourd’hui les offres de Google dominent à 42%, devant Apple (24%) et Microsoft (20%).

… consacre Linux champion du monde desktop

Nous pouvons tirer deux enseignements de ces chiffres. Primo, Google est le premier fournisseur d’OS desktop au monde, pour l’essentiel avec Android. Un fait que beaucoup ignorent, mais qui est pourtant une réalité.

Secundo, le noyau Linux s’impose dans la sphère desktop « élargie » puisqu’il est au cœur du système d’exploitation Android. Et c’est sans compter avec des offres comme les distributions Linux traditionnelles ou des systèmes d’exploitation spécialisés comme Chrome OS, Tizen et Firefox OS.

Le mouvement ne devrait pas s’inverser de sitôt. De fait, la sphère desktop va aller en s’élargissant, intégrant ainsi des produits devenant de plus en plus proches fonctionnellement des PC de bureau (surf, applications, etc.) : boxes Internet, télévisions intelligentes, consoles de jeux…

De nouveaux marchés que Microsoft peine à dominer, malgré ses initiatives Windows Embedded, Windows Phone et Windows RT.


Voir aussi
Dossier : Linux s’impose dans le monde des affaires

Cloud : Accélérateur de Business

Tout savoir sur les atouts Cloud pour la DSI !
Accédez au site Cloud : Accélérateur de Business et découvrez les dossiers et articles dédiés au Cloud, visualisez les vidéos interviews et témoignages clients et téléchargez gratuitement les études et livres blancs.

Derniers commentaires




34 replies to Linux deux fois plus utilisé que Windows !

  • Le 23 janvier 2013 à 12:51 par DatPignaki

    Je ne sus qu’un humble amateur, mais n’y a-t-il pas une horrible erreur dans cet article?

    Ledit noyau ne s’appellerait-il pas UNIX et non LINUX???

  • Le 23 janvier 2013 à 13:45 par balesi

    Non c’est plutôt de l’imprécision, ledit noyau s’appelle GNU/Linux. GNU/Linux a été créé à partir de minix qui est un dérivé d’UNIX.

    • Le 23 janvier 2013 à 14:16 par MilkEnd

      Linux et Minix sont des « Unix like », ils implémentent la norme Posix sans pour autant partager du code ni avec l’Unix d’AT&T ni entre-eux (la licence de Minix n’était pas, à l’époque, compatible avec la GPL choisie par Linus)

      Et quand on parle du noyau on dit bien Linux, GNU/Linux c’est le noyau + l’userland du projet GNU (la glibc, les outils de base du système…), Sauf qu’Android s’il utilise bien le noyau Linux n’utilise pas l’userland GNU, il utilise un userland BSD ou Busybox (sous licence GNU GPL, mais qui ne fait pas partie du projet GNU à proprement parler).

  • Le 23 janvier 2013 à 14:03 par Philippe

    Non, non. Le noyau, c’est Linux, et c’est un composant parmi les milliers d’autres qui constituent un système GNU/Linux.

    Il ne faut pas confondre le noyau et le système d’exploitation (OS). L’OS contient aussi des bibliothèques système et des utilitaires qui dans le cas de GNU/Linux sont pour la plupart sous licence GPL, et ont été écrits à partir de 1983 bien avant l’arrivée de Linux en 1991.

  • Le 23 janvier 2013 à 14:48 par Mick

    Les raccourcis pour emmener le lecteur au sensationnalisme sont énormes…
    – Un smartphone fait pareil qu’une tablette (soit)
    – une tablette fait pareil qu’un desktop (internet, appli pro et perso quasi similaires)… Alors là, chapeau bas… Partant de là, le moindre smartphone Android à 60€ entre dans les stats au même titre que la station de travail, le PC de la comptable, etc… ça c’est un sacré raccourci! S’il suffit de savoir faire du protocole HTTP pour être qualifié de ‘Desktop’, je vous signale qu’Android et à la ramasse devant nombre d’OS embarqué dont vous ne soupçonnez même pas l’existence!…

    • Le 23 janvier 2013 à 15:47 par Philippe

      On ne parle pas du potentiel des desktops mais de leurs usages. D’ailleurs, il ne faut plus parler de desktop mais de terminal. Dans un monde de plus en plus dématérialisé, la comptable n’aura plus guère qu’à valider des comptes actualisés en temps réel. Et une tablette suffira largement.

      Les documents seront élaborés dans des espaces collaboratifs webisés.

      Le PC risque d’être confiné à un rôle de station de travail pour de la CAO/DAO, ou des tâches qui nécessitent une ergonomie et une précision très particulières.

      Il y a 20 ans on parlait de workstations… sous Unix.

    • Le 23 janvier 2013 à 15:59 par David Feugey

      Un ultrabook « ne fait pas pareil » qu’une station de travail bi Xeon. Donc ce n’est pas un terminal desktop ? Avec ce genre de rigidité dans les termes et leurs usages, on devrait considérer qu’un serveur est obligatoirement un mainframe. Or, ce n’est pas le cas. C’est aussi devenu un x86 en lame… ou un NAS en ARM.

      • Le 23 janvier 2013 à 16:18 par Philippe

        Et mon smartphone fait borne wifi et serveur ssh.
        Et en plus il fait boussole, niveau à bulles, GPS, caméra, APN, dictaphone et lampe de poche. Sur ces usages là, le PC peut s’aligner… :-)

    • Le 23 janvier 2013 à 18:01 par bandix400

      D’un autre coté qu’est ce qu’un pc familiale Wintel fait que ne peut faire une tablette ARM sous Unbutu arm ? La plupart des applis linux intel sont déjà portée sous linux ARM (open office, gimp, etc, vlc, etc, myPaint, etc))

  • Le 23 janvier 2013 à 16:09 par JLuc Andrei

    Le noyau d’iOS n’est il pas plutôt basé sur un UNIX?

    • Le 1 février 2013 à 0:04 par Billos

      Sur un FreeBSD, un UNIX-like comme Linux mais pas un UNIX pour autant

  • Le 23 janvier 2013 à 16:52 par Arobase40

    Chapeau bas pour le mélange des genres et l’amas de contre-vérité !!!

    Ainsi qu’il a déjà été signalé, faire l’amalgame entre un smartphone, tablette et Desktop est complètement déplacé (est-ce qu’à l’époque de Palm Lifedrive, le PDA était considéré comme un Desktop par son usage ???), mais ramener Android à Linux cela devient n’importe quoi !!!

    Et dans ce cas, pourquoi ne pas rappeler que OSX/iOS sont du BSD à la base, par la même occasion ?

    De plus, il y a 20 ans, on ne parlait pas de workstations… sous Unix, mais de terminaux passifs ou actifs, suivant les cas…

    Je découvre depuis peu ce nouveau site, et c’est vraiment du grand n’importe quoi !!! Crédibilité ZERO !

  • Le 23 janvier 2013 à 18:08 par Arobase40

    J’étais parti pour aller plus loin dans l’absurde puisqu’on pourrait allègrement mettre sur le même plan des pétrolettes, des motos, des voitures, des camions, des trains, et même des avions puisqu’ils ont en commun un carrosserie et un moteur (pas précisé si la carrosserie doit être ouverte ou fermée après tout…)…

    Mais je découvre à la lecture de l’article original qu’il s’agit d’une TRÈS grossière erreur de traduction de d’interprétation : Tom’s Hardware parle de « Computing platforms », ce qui n’a strictement rien à voir avec un Desktop !!!

    On pourrait éventuellement plus ou moins traduire par « terminaux intelligents », ce qui n’a pas du tout le même sens…

    Je suis pourtant un fervent défenseur du manchot et du robot vert, mais pas à ce prix là tout de même… :(

  • Le 23 janvier 2013 à 18:52 par lennart

    …même que le king Elvis est toujours vivant.

  • Le 23 janvier 2013 à 20:24 par merlin17110

    voila un article interessant , qui mets en réel contradiction tous les linuxiens qui se basent sur des études (dont ne sait ou), peut etre de la voisine du coin d’ailleurs, mais amusant quand même , je me devais de poseter sur un site qui se nomme silicon (travaillant avec deux SGI tezros et une SGI onyx 3000), dire que microsoft est le troisieme systeme utilisé dans le monde c’est etre dans son monde a soi, mais ca ma bien fait rire quand meme.

    PS : quand a linux que je ne denigre pas car j’aime bien l’esprit, si il a 42% de part de marché c’est qu’il est en position dominante non ?

  • Le 23 janvier 2013 à 23:56 par Pad

    Mais Android c’est le mobile et justement pas le Desktop!

    Vous dites « Google est le premier fournisseur d’OS desktop au monde » ??

    … Alors que son seul OS Desktop, c’est Chrome OS!
    Et personne ne l’a vraiment vu…

    Jusqu’à la fin de l’article, je me demandais bien de quel quel OS desktop sous Linux de Google il veul bien parler…

    Allez y, installez le Android sur votre Desktop, et on en reparle…

    pffff

  • Le 24 janvier 2013 à 0:36 par Zapata

    Pourquoi le nier : le noyau Linux et ses dérivés l’ont emporté depuis longtemps en embarqué et sur les super-calculateurs !

    Pour le reste, microsoft est en perte de vitesse, et c’est devenu une évidence aujourd’hui pour tout analyste un peu sérieux. Sans la vente liée pour soutenir artificiellement ce dinosaure sur le desktop, ça fait longtemps qu’il se serait casser la gueule.

    Mais voilà : les marges arrières, les certifications obligatoires des revendeurs, les contrôles à l’improviste pour vérifier que certains ne dérivent pas du droit chemin, les 20$ par logiciel préinstallé chez le fabricant, … tout le système de vente des desktop en Europe est contrôlé depuis 30 ans par deux acteurs majeurs.

    Le résultat est qu’on distribue aujourd’hui un os dépassé par un GNU/Linux bien plus puissant et versatile, en faisant croire aux neuneux qu’on leur fait une fleur, alors qu’ils se font rouler dans la farine comme des sots ! A se demander vraiment si les européens sont masos.

  • Le 24 janvier 2013 à 8:47 par Abalone

    Très mauvaise article !
    Les amalgames sont de mises, des chiffres non représentatifs utilisés dans le seul but d’attirer le lecteur.
    On est proche de la désinformation…

  • Le 24 janvier 2013 à 9:51 par David Feugey

    Un ultrabook Windows c’est du desktop ? Une set top box Android c’est du mobile ? Les lignes bougent.

    Pour le reste, on a la sensation que certains estiment qu’Android n’est pas un OS. « dire que microsoft est le troisieme systeme utilisé dans le monde c’est etre dans son monde a soi ».

    C’est pourtant une réalité en termes de parts de marché. Android est le plus utilisé des OS sur des machines grand public.

    Certes les usages sont différents d’avec les machines Windows, mais il en va de même entre un PC Windows et une station de travail OS X, il me semble, ou un PC Windows et une tablette Surface.

    Le fait est que pour de plus en plus de gens, la tablette et le smartphones remplacent au quotidien (partiellement ou complètement) l’utilisation d’un PC… pour les mêmes tâches.

    Dans cette sphère personnelle (ou « desktop », en opposition avec « serveur ») élargie, Microsoft n’est pas dominant. Maintenant, si on se fige sur le PC tour, effectivement c’est Windows qui l’emporte… Tout comme IBM règne toujours sur le monde des mainframes.

  • Le 24 janvier 2013 à 10:50 par jack

    Pourquoi ne pas dire tout simplement que l’OS n’est plus un produit; La polémique sur la distinction desktop/terminaux montre bien que l’ère Micro-informatique est terminée; L’OS est maintenant embarqué, enfoui, il n’est plus un facteur de différenciation ou d’innovation.
    Microsoft dont toute la stratégie repose sur l’OS « produit » et le jeu de la « base installée » à déjà perdu parce que aujourd’hui et depuis Internet le niveau de standardisation à monté d’un cran. La « nano-informatique » (du terminal au desktop) se doit d’être communicante indépendamment des fabricants et des éditeurs, une prestation identique est partout disponible.
    Toute évolution technologique passe par une standardisation de ses éléments de base, jusqu’a ce que ceux çi deviennent invisibles. Linux en tant que standard gratuit et ouvert, finira par s’imposer en même temps que disparaîtra la question de savoir quel OS on utilise.
    Du Datacenter à la cafetière il y a déjà des OS partout et c’est forcément sur la Base de Linux/GNU. La différentiation est aujourd’hui dans les interfaces, plus dans l’OS.

  • Le 24 janvier 2013 à 10:52 par Jouanique

    Oui, cet article est effectivement assez lamentable …
    L’article source en anglais indique exactement le contraire de ce que veut démontrer David Feugey qui ne doit pas connaître le sens du mot « desktop » (poste de bureau). Linux n’a bien que 1% de part de marché et Windows 92% sur ce marché desktop.
    Offrons des lunettes à M. David Feugey !

    • Le 24 janvier 2013 à 11:37 par David Feugey

      Grumpf… bien évidemment par desktop il faut comprendre « informatique grand public » par opposition avec le monde serveur. Il est vrai que j’aurai pu dire « terminal utilisateur ». Mais cela incluait alors les stations.

      Il n’y a pas de terme pour désigner cette sphère desktop « élargie ». Je n’y peux rien.

      Après, on peut jouer sur les mots jusqu’à plus soif pour savoir si un Asus Transformer est un smartphone, une tablette, un PC portable, un PC fixe ou un gadget. Les frontières me semblent bien plus floues que vous ne l’affirmez.

      On sent le même discours que lorsque les gens soutiennent qu’un mainframe c’est seulement IBM et que – partant de là – les serveurs critiques d’autres constructeurs ne doivent pas être pris en compte. Rhétorique que tout cela. L’usage prime sur les termes marketing.

      Après, vous pouvez reprendre tous ceux qui traitent leur tablette d’ordinateur personnel. Moi pas, car, pour mon usage, je vois une continuité entre mon portable et ma tablette.

      (PS : cela me rappelle les débats sans fin des années 80, quand les gens refusaient de mettre les PC dans la section des ordinateurs domestiques).

      • Le 24 janvier 2013 à 11:43 par David Feugey

        Nota : Tom’s Hardware utilise pour sa part le terme de Consumer Compute.

        Informatique personnelle en bon français.

        C’est effectivement plus précis, mais moins parlant pour nombre de lecteurs.

        Sur Silicon on parle en général d’informatique desktop/serveur. C’est une convention qui vaut ce qu’elle vaut.

    • Le 24 janvier 2013 à 11:54 par David Feugey

      « l’article source en anglais indique exactement le contraire de ce que veut démontrer David Feugey ».

      Non. Il indique qu’à l’époque ou l’informatique personnelle était cantonnée au desktop, alors Windows était seul (ou presque), mais que maintenant que cette sphère inclut les smartphones et tablettes (ce que j’appelle la sphère desktop « élargie »), alors les choses ont changé.

      Mais bon, vu les commentaires postés à la suite de leur article, visiblement les termes utilisés font aussi débat là-bas. Il est toujours difficile de mettre des mots sur de nouveaux phénomènes :)

      Que vous critiquiez la formulation, j’admets. Les chiffres par contre, allez crier contre IDC et Cie. On n’a rien inventé.

  • Le 24 janvier 2013 à 14:44 par Skwaloo

    Les tablettes et smartphones ont de + en + tendance à remplacer des utilisations qui étaient réservées aux ordi, et pour certains la tablette remplace complètement l’ordi. Un des exemples :
    http://www.journaldunet.com/ebusiness/le-net/petites-annonces-sur-mobile-0113.shtml
    Alors pourquoi ne pas faire entrer les tablettes et smartphones comme terminaux informatique ?

    Les desktop ayant des performances bien différentes, toutes applications ne sont pas destinées aux moins puissant d’entre eux. Pourtant on les met tous dans la même catégorie.

    Avec ma tablette je participe même + à BOINC (avec NativeBOINC) qu’avec mon ordi : elle calcul en 24h/24, elle n’ai jamais éteinte vu que ça consome très peu et que ça ne fait pas de bruit.

  • Le 27 janvier 2013 à 12:51 par Nam

    Dans Desktop il n’y aurait pas le mot Desk = bureau ?

    Les tablettes et autres téléphones équipés d’Android sont tous sauf « desk » puisqu’ils sont mobiles !

    Bref pour éviter les polémiques il faudrait faire un effort sur le vocabulaire utilisé.

  • Le 16 février 2013 à 18:11 par Lei00

    « Devenant de plus en plus proches fonctionnellement des PC de bureau (surf, applications, etc.) : boxes Internet, télévisions intelligentes, consoles de jeux… »

    Mais pour quoi s’arreter en si bon chemin, pourquoi ne pas inclure : les voitures, les trains, les lunettes, la salade…
    Franchement ces articles ecrits par des pseudo-journalistes « specialises » voulant a tous prix faire le buzz et parlant de sujet qu’ils sont a des annees lumieres de maitriser m’orripilent au plus haut point. Pourquoi ne pas parler de sujet qu’on maitrise, meme si c’est « moins vendeur »?

    • Le 18 février 2013 à 8:57 par Yo

      Une voiture, un train, des lunettes, de la salade permettent-ils d’accéder au web, de jouer et de faire des tâches bureautique de base ? Non. Un PC desktop oui, un PC portable oui, un smartphone oui, une tablette oui, une set-top box oui. Vous me faites penser à ceux qui il y a 20 ans refusaient de mettre les PC dans la sphère des PC personnels… avec les mêmes arguments d’ailleurs. C’est de la sclérose intellectuelle que tout cela.

  • Le 17 février 2013 à 22:03 par caus909

    Un joli ramassis d’ânerie que j’ai pu découvrir grâce à PEBKAC.fr où cet article est cité.
    Voir le niveau de certains fait peur tout de même, mais bon, ça permet au moins de se détendre un peu après le travail. Bonne continuation tout de même, et essayez à l’avenir de comprendre un minimum les termes employés pour ne pas devenir la risée du monde de l’informatique.

    • Le 18 février 2013 à 8:59 par David Feugey

      N’hésitez pas à donner vos arguments.

      • Le 18 février 2013 à 9:06 par David Feugey

        Nota : Pabkac est un excellente exemple des dérives qu’il y a à sortir les choses de leur contexte. Silicon.fr est un site dédié à l’informatique des grands comptes. Ici, le serveur est roi et le desktop est « l’autre moitié ». Certes le terme est parfois malheureux, mais « informatique cliente » est carrément incompréhensible pour nombre de personnes. Si vous préférez le terme d’informatique personnelle (qui n’a pas de sens sur Silicon, où tout est pro) ou d’informatique cliente (terme peu usité), vous aurez tout bon, même si ses deux mots posent d’autres problèmes (cités entre parenthèses). Maintenant, en dehors de la critique d’un mot (la partie facile), où sont vos arguments (la partie difficile) ?

  • Le 5 mars 2013 à 7:43 par debian

    Y’a pas d’arguments. Le fait est que Microsoft est et sera toujours à la rue face à un système GNU/linux. Steam est passé à Linux parce que WIN8 est une merde pour les gamers ( et oui, et à mon avis ,le phénomène va s’amplifier vu la qualité dans le ce domaine de linux) ,android domine l’embarqué… Les gueulards ici doivent travailler pour Microsoft ou être enfermé dans leur bulle Windosienne où le principe du « je paye donc c’est le meilleur » règne.Dans le monde du boeuf = chaval, c’est un peu limite comme argument :)
    Il n’y a rien de plus faux.Je reviens de Windows (ca fait 10 ans que je l’ai dégagé), j’installe des systèmes Gnu/linux à la pelle ,sur demande d’utilisateurs ulcérés par Windows ,aucun retour négatif.
    Windows est une faille depuis ses débuts, tôt ou tard, on passe à la caisse

Laisser un commentaire

  • Les champs obligatoires sont indiqués avec *,
    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

X
Connexion S'enregistrer

Connectez-vous pour accéder à tout notre contenu.
Si vous n'avez pas encore de compte,
S'enregistrer GRATUITEMENT

perdu ?
Connexion S'enregistrer

Enregistrez-vous gratuitement pour avoir un accès illimité à tout notre contenu.

Vérifiez votre email

Merci de votre enregistrement. Nous venons de vous envoyer un email contenant un lien pour confirmer votre adresse.
(si vous ne recevez pas l'email dans quelques minutes, vérifiez votre boîte spam).

Oh, vous avez perdu votre mot de passe ?

Pour recevoir votre mot de passe, entrez l'adresse email utilisée pour vous inscrire.

Ou essayer de vous connecter à nouveau.