Cloud

Exit Windows, c’est à Linux de piloter les drones de l’US Navy

Linux-military
26 16 Donnez votre avis

La marine américaine a appris des mésaventures de l’US Air Force avec Windows et fait le choix d’équiper en Linux le contrôle de ses drones VTOL.

L’US Navy a signé un contrat de 27,9 millions de dollars (27.883.883 dollars exactement) avec la division Intelligence and Information Systems de Raytheon afin de terminer l’équipement des plateformes de contrôle au sol de ses drones VTOL (vertical take-off and landing – décollage et atterrissage vertical) sous Linux. Un second contrat qui fait suite à un premier équipement Linux pour 5,2 millions de dollars (5.175.075 dollars).

En septembre 2011, l’US Air Force a connu des déconvenues avec les systèmes de contrôle de ses drones, victimes de l’attaque d’un malware provenant… d’un disque dur externe ! Leur défaut, selon la marine américaine, est qu’ils embarquent Windows. Dès lors, les pontes de la marine ont fait un choix radical, abandonner Windows au profit de Linux, jugé plus sécurisé. Raytheon va assurer la transition du contrôle des systèmes tactiques du drone vers Linux. Aucune information, en revanche, sur la distribution Linux embarquée.

Composer avec les licences

Il faut pour cela composer avec la licence GPL. Sans difficulté, on l’imagine, le DoD (US Department of Defense) ayant l’habitude de jongler avec, voir de combiner, des logiciels open source et propriétaires. Dans ce cadre, le gouvernement US ne prend pas en compte les copyrights, licences, brevets, etc., nécessaires aux activités des armées américaines, sous réserve que ces applications ne dépassent pas le cadre militaire. C’est bien pratique (et légal).

Destiné à équiper les frégates de la marine américaine, le drone Northrup-Grumman MQ8B Fire Scout est un hélicoptère sans pilote, le seul VTOL retenu par la Navy. Il peut embarquer – sur une distance de 110 miles et avec une autonomie géostationnaire de 5 heures – un ensemble d’équipement de reconnaissance optique et infrarouge, ainsi que des roquettes de 70 mm, voire d’autres équipements que le secret militaire ne nous a pas dévoilés. Une flotte de 168 drones a été commandée par la Navy.