Linux : Linus Torvalds justifie son franc-parler face à la communauté

DéveloppeursLogicielsOpen Source

Le créateur du noyau Linux admet la violence d’échanges au sein de la communauté de développeurs, mais ne regrette aucune décision prise en 23 années de développement.

Combats d’égos, joutes oratoires, mépris de l’autre… La communauté de contributeurs formée autour du noyau Linux n’échappe pas aux travers de l’humanité. Récemment dénoncés par Lennart Poettering, développeur chez Red Hat et créateur du gestionnaire controversé systemd, ces échanges acerbes ont également fait réagir Linus Torvalds, créateur du noyau Linux, à l’occasion de la LinuxCon Europe organisée cette semaine en Allemagne.

L’aliénation des utilisateurs et développeurs

Lors d’un entretien public avec Dirk Hohndel, spécialiste Linux et Open Source chez Intel, Linus Torvalds a reconnu la violence de certains de ses propos sur la liste de diffusion dédiée (LKML), par exemple : « pourquoi ces idiots ne sont pas morts quand ils étaient bébés ? ». Mais le quarantenaire assure que ses décisions n’ont pas freiné le développement, 23 années durant, du noyau à la base du système d’exploitation libre et ouvert.

« Les décision techniques, même lorsqu’elles sont mauvaises – et il y en a eu – peuvent être corrigées par la suite », a déclaré Linus Torvalds depuis le Centre des congrès de Düsseldorf. « Les problèmes concernent plutôt l’aliénation des utilisateurs ou de développeurs, et je suis assez doué pour cela, j’utilise un langage rude », a souligné l’informaticien américano-finlandais. Avant d’ajouter : « il n’y a pas qu’une chose que je voudrais corriger, il y en a des tonnes ! »

Sur Internet, nul n’entendra l’individu réservé, a-t-il ajouté. « Une des raisons pour lesquelles nous avons cette culture du parler cru – que de nombreuses personnes trouvent rebutante – est la suivante : lorsque des profils techniques ont une opinion tranchée et une forte volonté de faire quelque chose de techniquement supérieure, on finit par utiliser un langage grossier pour [s’imposer] ». Oublié le respect ? « La plupart des gens, même s’ils ne s’apprécient pas, ont tendance à respecter le code qu’ils créent. Pour Linux c’est le plus important. Ce qui importe vraiment est que les gens soient très impliqués dans le développement de la meilleure technologie possible », a assuré Linus Torvalds. Pas de mea culpa donc.


Lire aussi

– Desktop : Linus Torvalds espère toujours que Linux supplantera Windows
– Linux 3.17 met l’accent sur les puces ARM 64 bits et la sécurité


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur