Logiciel : la transition vers le SaaS stimule la croissance

Editeurs de logicielsERPLogicielsProjetsRessources Humaines
2 34 Donnez votre avis

Le SaaS (Software as a Service) représente 12% du chiffre d’affaires 2014 des éditeurs du top 100 établi par PwC et l’Afdel. Pure players et éditeurs traditionnels se partagent le marché.

Avec 73 éditeurs au Top 100 Digital (nouveau nom du GSL 100), le logiciel représente 61% du chiffre d’affaires cumulé (8,8 milliards d’euros, +13%) des entreprises du classement établi par PricewaterhouseCoopers (PwC), l’Association française des éditeurs de logiciels et solutions Internet (Afdel) et le Syndicat national du jeu vidéo (Snjv). Dynamisée par le SaaS, la croissance s’accélère dans le logiciel.

La croissance du logiciel français se consolide

Les 100 premiers éditeurs français de logiciels ont généré un chiffre d’affaires de 5,6 milliards d’euros en 2014, soit une hausse de 10% par rapport à l’année précédente. Et le champion du secteur, Dassault Systèmes (PLM, 3D), représente à lui seul 23% des revenus du Top 100 Digital.

Les plus fortes progressions ont été enregistrées par Sopra Steria Group, passé de la 9e à la 6e place (la SSII récemment fusionnée édite des solutions applicatives), et Ullink (logiciels financiers). L’éditeur a intègré la 13e place du Top 100 Digital grâce aux acquisitions de Nyfix et Metabit. Ullink domine également le Top 20 SaaS que se partagent les pure players et les éditeurs traditionnels.

Une transition effective vers le SaaS

Le SaaS représente 12% du chiffre d’affaires 2014 du top 100 éditeurs, soit trois points de plus par rapport à 2013 et six points de plus par rapport à 2010. Désormais, 66 éditeurs sur 100 génèrent des revenus grâce au logiciel à la demande. Et les revenus du Top 20 SaaS atteignent 520 millions d’euros, soit une hausse de 15,4% portée par les solutions RH, la gestion financière et les ERP.

Afdel Top 20 SaaS 2015

« Après de forts investissements et une douloureuse phase de transition, la plupart des éditeurs français perçoivent les fruits de la transition de modèle, leur marges deviennent positives », commente l’Afdel. Les éditeurs tirent également profit d’une progression de la demande, le marché français du logiciel ayant progressé de 2,2% en 2014, soit un point de plus par rapport à l’année précédente.

Lire aussi :
Logiciel : le modèle Saas en voie de généralisation

crédit photo © Tashatuvango – shutterstock

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur