LoRaWAN, une nouveau protocole pour l’Internet des objets

DéveloppeursGestion des réseauxLogicielsM2MMobilitéOpen SourceOperateursProjetsRéseaux
5 35 Donnez votre avis

La LoRa Alliance fédère une poignée d’industriels et d’opérateurs autour d’un protocole visant l’interopérabilité des réseaux de communication autour des objets connectés.

Un consortium mondial vient de naître autour de l’Internet des objets (IoT) : la LoRa Alliance. Notamment portée par Cisco et IBM, et dévoilée la semaine dernière au CES de Las Vegas, l’alliance vise à permettre aux réseaux régionaux (WAN) s’appuyant une connectivité bi-directionnelle, à faible consommation, économique et à longue portée de connecter des millions d’objets.

Standardiser les réseaux basse consommation

Autrement dit, standardiser les low power wide area networks (LPWAN) déployés un peu partout dans le monde pour opérer des services M2M (Machine to Machine), les applications industrielles, les villes connectées (smart cities) et l’IoT plus globalement à partir de réseaux à faible bande passante (entre 0,3 et 50 Kbit/s) pour connecter compteurs intelligents, capteurs de localisation et autres appareils communicants et alimentés sur batterie à longue durée de vie. Une standardisation qui passera par l’émergence d’un nouveau protocole, le LoRaWAN, dessiné à partir des échanges techniques des différents membres du consortium. LoraWAN apportera donc l’interopérabilité aux réseaux des différents opérateurs dans le monde.

Outre les poids lourds Cisco et IBM, la Lora Alliance compte des industriels (Actility, Sagemcom, Eolane, Microship Technology…) et des opérateurs (Bouygues Telecom, KPN, Swisscom, SingTel, Proximus…) parmi la quinzaine de membres*. On notera l’absence d’acteurs américains parmi les fournisseurs de services de communications.

Nouveaux modèles économiques

Aux dires de l’alliance, l’efficacité de LoraWan permettra l’émergence d’autres modèles économiques accélérant d’autant la démocratisation de l’Internet des objets. « Avec LoRaWAN, des villes entières ou des pays peuvent être couverts avec quelques stations de base, ne nécessitant plus le déploiement initial et l’entretien de milliers de nœuds propres aux réseaux maillés traditionnels, explique Olivier Hersent, PDG de l’opérateur de services M2M Actility. Cela rend possible l’IoT possible maintenant, avec des investissements d’infrastructure minimaux. » « La Lora Alliance constitue un pas essentiel pour assurer l’interopérabilité et, donc, la mobilité dans toute l’Europe pour nos clients », assure de son côté Richard Viel, directeur des opérations chez Bouygues Telecom.

IBM apporte pour sa part sa contribution au projet avec LoRaWAN in C, une implémentation open source proposée sous licence publique Eclipse, afin de faciliter le développement de terminaux compatibles avec les spécifications du protocole. La Lora Alliance détaillera sa stratégie à l’occasion du Mobile World Congress de Barcelone (MWC), du 2 au 5 mars prochains.

* Actility, Bouygues Telecom, Cisco, Eolane, FastNet, IBM, IMST, Kerlink, KPN, Microchip Technology, MultiTech, Proximus, Sagemcom, Semtech, SingTel, Swisscom


Lire également
DigiWorld Summit : Mobilité et objets connectés en levier de croissance
Les start-ups façonnent l’Internet des objets, mais peu survivront
Fabrice Bouillot, Sogeti : « L’internet des objets est source de Big Data »

crédit photo © Alexei Tacu – Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur