L’UMP prend des libertés avec les droits d'auteur

Sécurité
0 0 5 commentaires

Un titre de musique a été utilisé pendant des meetings, sans l’accord de leurs auteurs… Un comble pour le parti qui combat si durement le téléchargement illégal

L’Union pour le mouvement populaire rencontre ce que l’on pourrait appeler un accroc. A l’heure où la Majorité soutient ardemment le projet de loi Création et Internet (Hadopi) en prônant la lutte sans merci contre le téléchargement et la préservation des droits d’auteurs, il semble qu’elle s’emmêle les pinceaux.

Pour cause. Isabelle Wekstein, juriste spécialisée dans les droits d’auteur, réclame dédommagement au parti pour « utilisation sans autorisation d’un morceau du groupe américain MGMT lors de deux de ses meetings ». Les deux parties chercheraient un terrain d’entente selon l’AFP mais une action en justice n’est pas à exclure…

Le titre (« Kids ») a été diffusé lors du conseil national de l’UMP le 24 janvier ainsi que pour le déplacement du nouveau secrétaire général, Xavier Bertrand, le 25. Le morceau aurait en outre été utilisé « dans deux vidéos diffusés sur le site de l’UMP et une sur le site Dailymotion« . L’avocate a donc adressé à l’UMP et Dailymotion plusieurs mises en demeure réclamant le retrait des vidéos et le paiement d’une indemnisation.

Le parti de Nicolas Sarkozy a alors formulé ne réponse à deux visages : « L’UMP est très attaché au respect des droits d’auteur. Et la protection des oeuvres des artistes est quelque chose de primordial.Il fallait prévoir des indemnisations. Ceci est totalement normal.La musique utilisée dans les meetings l’a été dans le cadre de la Sacem et donc en payant des droits à la Sacem ».Tout en précisant « Nous sommes en train de regarder pour qu’il y ait une juste indemnisation du groupe« .

En réponse, la juriste a ironisé sur le double jeu de la majorité présidentielle. « On voit que ceux qui préconisent la chasse aux internautes ne sont pas les plus respectueux du droit des artistes« . Une sorte de « faites ce que je dis mais pas ce que je fais », une chanson de Carlos peut être ?

Après l’UMP, Electronic Arts
Le éditeurs de jeux vidéos ne sont pas en reste du non–respect des règles du droit d’auteur. Selon le site zataz, un groupe de musiciens africains reproche à l’éditeur du jeu Fifa Street d´avoir utilisé une musique sans autorisation. Electronics Arts, éditeur de jeux vidéo, se retrouve opposé au groupe de musiciens de Côte d’ivoire, Sur Choc, et leur titre « Fou Oh », tiré de l’album Magnum. Fifa Street, vendu à 1 million d’exemplaire en un trimestre pourrait laisser des traces. La Sacem annonçant qu’elle n’a encore touché aucun droit sur l’utilisation de cette chanson. Décidément, EA Sports sont trop dans le jeu…