Open SourceRégulations

Mandriva à quelques jours de la banqueroute

Bataille, Guerre © Shoot4u - Fotolia.com
3 8 1 commentaire

Sauf miracle, Mandriva devrait cesser toute activité le 16 janvier prochain. En cause, un différend qui oppose les investisseurs français et russe.

Fin de parcours programmé pour Mandriva. L’entreprise, aujourd’hui plus russe que française, est en nette difficulté. Selon nos confrères d’OStatic, l’éditeur serait en effet moribond et pourrait fermer ses portes le 16 janvier prochain.

En cause, le refus opposé par le porteur de parts LinLux (42 % du capital de Mandriva), qui ne souhaite pas que de nouveaux fonds soient injectés dans la société. Les investisseurs russes seraient toutefois prêts à assurer cet apport. Pas de problème donc ? Pas si sûr.

Ma distribution ne sera pas russe

Depuis son redémarrage courant 2010, Mandriva n’a pas su regagner le cœur des utilisateurs, entreprises et administrations européennes. C’est en fait au Brésil et en Russie que la société a concentré l’essentiel de ses efforts.

L’arrivée du partenaire russe s’est accompagnée de celle de nouveaux fonds, participant ainsi au développement de l’éditeur, tout en l’éloignant toujours plus de son identité française. Et c’est bien là que le bât blesse, certains (LinLux) ne voulant pas voir leur participation au sein de la société se trouver diluée. Et à juste raison, comme nous allons l’expliquer.

Une tentative de prise de contrôle

Deux offres ont été émises aux actionnaires principaux que sont LinLux (France) et Townarea Trading & Investments (Russie). Première solution : ils se partagent les 4 millions de l’apport de capital… et la réduction de capital concomitante de 6,3 millions d’euros. Une opération qui semble visiblement difficile à avaler pour LinLux.

Une autre alternative est proposée : un seul des actionnaires assure l’apport de fonds (il en tirera alors tous les bénéfices), tandis que les deux se partageront la réduction de capital. Sachant que le capital de Mandriva est aujourd’hui d’environ 3,6 millions d’euros, le résultat est sans appel.

Si les 4 millions d’euros d’augmentation de capital sont pris en charge uniquement par l’investisseur russe, la participation de LinLux se retrouvera diluée. Selon nos calculs, elle passera ainsi à 19,8 %, ce qui fera perdre à l’actionnaire français sa minorité de blocage. L’investisseur russe aura alors les coudées franches.

Crédit photo : © Shoot4u – Fotolia.com

  1. Linux is shell owned by Occam in Luxembourg which is acquired by Bryan Garnier in 2009. Acquisition detail is available in the publish official report of bryan garnier of 2009 financial report. So its factually incorrect to say Bryan garnier has no role to play, it is playing big role from back door and through their employee Marc Goldberg.  Olivier Garnier will have lot of explanation to do as he is the owner of bryan garnier, why he is killing French open source company.

    Marc Goldberg was earlier Chairman of Mandriva board before joining bryan garnier. According to minutes of the shareholder meeting of Mandriva official published documents. Marc Goldberg who is now employed by bryan garner resigned from Mandriva chairmanship just 1 day before mandriva was applying for bankruptcy in May 2010, according to minutes of the shareholder meeting recored in registerer. That time chamber of commerce gave 65% discount on the debt of Mandriva ( that time lot of employee become unemployed due to closure of Mandriva subsidiary of Edge-IT).

    So linlux (occam) bryan garnier is again playing with the lives of french employee. Mandriva has recently won 2 big projects and its try to establish itself but its seem bryan garner wants to again destabilize open source foundation of France.

    Mandriva new investor NGI wants to invest in Mandriva , will not only enhance French IT company eco-system but also retain French employment but bryan garnier stop it for their personal interest. Olivier Garnier has to explain to community why he is against open source, is Microsoft paying bryan garnier to play dirty.