Marc Blottière, Axa : « on a décidé de réinternaliser l’informatique »

DSIExternalisationProjets
8 391 Donnez votre avis

Le DSI d’Axa France détaille la transformation de l’informatique de l’assureur, qui tente de récupérer des concepts de développement de produits nés dans les start-up. Axa veut aussi ramener en interne davantage de compétences IT.

Présent sur le Meilleur Dev de France, une manifestation qui se tenait le 14 mars à Paris, le DSI d’Axa France, Marc Blottière, est revenu sur la transformation des méthodes de travail au sein de son service (1 700 informaticiens). « On essaye de recréer les conditions de travail d’une start-up au sein d’une grande entité, explique le DSI, en donnant aux développeurs la capacité d’être très proche du métier et de travailler avec des méthodes équivalentes à celles d’une jeune pousse. » Et de citer par exemple le prototype de maison connectée que vient de développer l’assureur et qui pourra réagir aux éventuelles intrusions.

API : une démarche de longue haleine pour Axa

Pour ce faire, Axa France a mis en place des feature team, des équipes pluridisciplinaires pilotant le développement de ces projets et bénéficiant d’un budget propre. Pour assurer la cohabitation entre ces initiatives et le système d’information existant, Axa a lancé un programme visant à exposer – via des API – les principaux services de son legacy. « C’est une démarche de longue haleine qui coûte cher, reconnaît le DSI. Mais il est hors de question de migrer tous nos contrats de nos systèmes legacy sur de nouvelles plates-formes ». Le dirigeant estime qu’entre 60 et 70 % du programme est désormais achevé.

Pour Axa France, l’enjeu est aussi celui de l’attractivité des talents, car l’entreprise prévoit de recruter 150 informaticiens en 2016. Et autant dans les années qui suivent. « On a décidé de réinternaliser les compétences informatiques. En ce moment, environ 55 % des effectifs IT proviennent de l’interne. On veut passer à 65 % d’ici deux à trois ans, soit environ 200 personnes de plus dans la DSI dans les trois prochaines années. »

A lire aussi :

Axa Tech : comment le Cloud a grandi en ‘territoire ennemi’

Axa et Polytechnique s’offrent une chaire de data science orientée assurance

Yann Crumeyrolle, Axa : « le développeur doit faire sa veille techno »

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur