Télégrammes : Microsoft anti-slack en novembre, Linkedin Learning est né, Brian Kerbs DDoSisé

BureautiqueCollaborationLogicielsPolitique de sécuritéSécurité
0 1 Donnez votre avis

Pas aussi rapide que les Rafales et moins cher que l’amende de Kerviel, voici les télégrammes du soir.

Microsoft un anti-slack en novembre. Selon Brad Sams de Petri.com, les Skype Teams devaient livrer en novembre prochain une version beta de son équivalent à Slack. Cela fait 18 mois que le projet mûrit. Le test devrait durer jusqu’à la fin de l’année pour une commercialisation au début janvier. Cette solution pourrait faire partie intégrante d’Office 365 et être délivrée en formule freemium. Des rumeurs avaient évoqué à un moment le rachat de Slack, mais les dirigeants de Microsoft avait refusé le prix proposé. Cela ne l’a pas empêché par la suite de racheter Linkedin pour plus de 26 milliards de dollars.

Linkedin Learning est né. Cette plateforme d’e-learning s’appuie sur la technologie et les contenus sont ceux de Lynda.com, du nom de cette plate-forme exploitée en France sous la marque video2brain. La différence avec les concurrents est la connexion avec le contexte de l’utilisateur. Par contexte, il faut entendre non seulement le profil des apprenants et le métier qu’ils désirent exercer, mais aussi les conditions du marché, que LinkedIn se figure en analysant les données de ses membres. Le catalogue de LinkedIn Learning réunit « plus de 9 000 cours » proposés essentiellement en anglais, mais aussi en allemand, en espagnol, en japonais… et en français, souligne ITespresso.

Brian Kerbs victime d’une DDoS violente. Selon Akamai, le site du chercheur en sécurité, Brian Kerbs, « Kerbsonsecurity » a subit une attaque en déni de service qui atteint des records, avec 620 Gbit/s de trafic. Traditionnellement ce genre de cyberattaque est réservé à des sites d’entreprise ou industriel, plutôt qu’à un site web d’information sur la sécurité. Si Akamai a réussi à contrer cette attaque, le spécialiste du CDN a retiré le site de ses serveurs. Une décision acceptée par le chercheur en sécurité, « je ne peux pas reprocher à Akamai sa décision. J’ai dû leur coûter une grosse somme d’argent »


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur