Microsoft embarquera Docker dans le prochain Windows Server

CloudDSIServeursVirtualisation
9 20 Donnez votre avis

Microsoft et Docker ont annoncé un partenariat pour la prise en charge des conteneurs pour la prochaine version de Windows Server. Une ouverture qui étoffe le potentiel de croissance de Docker.

C’est un pas supplémentaire et surtout une reconnaissance pour la technologie de conteneurisation Docker. Traditionnellement implanté dans les environnements Linux, Microsoft et Docker ont annoncé le support des conteneurs dans la prochaine version de Windows Server. Scott Guthrie, vice-président exécutif de l’activité Cloud Entreprise a indiqué, « nous reconnaissons l’importance d’offrir la flexibilité à nos clients qui évolue dans un monde où les priorités sont la mobilité et le Cloud ».

Concrètement, la firme de Redmond va intégrer dans Windows Server, Docker Engine, qui permet de créer et d’orchestrer les conteneurs. Cette intégration sera réalisée à travers une collaboration entre les deux acteurs au sein de la communauté Docker. Les images de Docker Engine pour Windows Server seront disponibles sur le Hub, plateforme de repository des images Docker.

Un choix de raison pour Microsoft

Il ne s’agit pas de la première annonce de Microsoft sur Docker. Les conteneurs Linux sont déjà pris en charge dans Azure, mais les deux acteurs vont travailler sur l’intégration de l’outil d’orchestration sur Azure prévu dans la prochaine release de Docker. L’éditeur a indiqué aujourd’hui que Docker Hub serait prochainement disponible dans Azure Management Portal et Azure Gallery. De même, un effort commun va porter sur la gestion des multi-conteneurs englobant à la fois des composants Linux et Windows, via l’orchestration des API. L’objectif est de fournir une seule console pour les environnements Linux et Windows. Selon le blog de Docker, cet effort n’est pas fermé et devra s’ouvrir aux initiatives qui émergent comme Kubernetes (poussé par Google et dont Microsoft est partenaire), Mesos, Helios pour gérer plusieurs conteneurs.

Cette annonce montre aussi que Microsoft a décidé de miser sur Docker et d’accompagner le mouvement. Pourtant, il a travaillé sur sa propre technologie de conteneurisation, connue sous le nom de « Drawbridge ». Ce projet combine deux éléments, un picoprocess (conteneur léger et sécurisé) et une librairie OS (qui est un OS remodelé pour la conteneurisation). Il reste à savoir ce que deviendra cette technologie après la décision de Microsoft de privilégier Docker.

Une nouvelle ère pour Docker

Pour la société éponyme de la technologie, cet accord lui ouvre les portes des entreprises qui fonctionnent sous Windows Server. Il répond aux détracteurs de Docker qui mettait justement en avant cette absence de prise en charge de Windows Server. En seulement quelques mois, Docker est devenu le centre d’attention de beaucoup d’acteurs IT. Devant cette montée en puissance et cette concurrence, VMware a pris le parti d’intégrer Docker via vCloud Automation Center (vCAC) et vCenter Orchestrator (vCO). Cependant, le spécialiste de la virtualisation ne s’avoue pas vaincu et met en avant le projet Fargo qui permet de fournir rapidement des clones de VM et de les dupliquer en nombre. Ce projet avait été pensé au départ  pour la virtualisation du poste de travail et accélérer le déploiement des applications. Docker a donc pris une longueur d’avance et devrait devenir de plus en plus une proie dans les années à venir.

Crédit Photo Docker

A lire aussi :

OVH invite Docker et Power8 dans ses offres cloud

Docker acquiert Koality, spécialiste de l’intégration continue


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur