Microsoft et Intel s’engouffrent dans la réalité holographique

ComposantsLogicielsOSPCPoste de travailProjets
1 4 Donnez votre avis

Microsoft s’associe à Intel pour concevoir les PC et casques de réalité virtuelle censées démocratiser les technologies holographiques. Le couple WinTel cherche sa revanche après son échec dans la mobilité…

A l’occasion de l’Intel Developer Forum (IDF) 2016 de San Francisco, Terry Myerson, vice-président responsable du Windows and Devices Group chez Microsoft, a annoncé un nouveau partenariat avec Intel autour de la « réalité mixte » (mixed reality). Autrement dit la réalité augmentée où se mêlent applications 2D (comme des tableaux Excel, des pages web ou même des programmes TV) et 3D (objets ou décors) dans un environnement réel, et inversement (des objets réels dans un univers purement virtuel). Les deux partenaires vont dresser, en direction des fabricants, les caractéristiques techniques propres aux produits qui mettront en œuvre cette réalité mixte, à savoir des PC mais aussi des casques de VR (ou HMD pour head mounted display dans le jargon de Microsoft) à l’image du Hololens de Redmond. Les marchés grand public comme professionnel sont visés. La première version de ces spécifications devrait être dévoilée en décembre prochain à l’occasion de la conférence WinHEC (Windows Hardware Engineering Community) à Shenzhen (Chine).

En parallèle, Microsoft annonce qu’il intégrera, l’année prochaine, Windows Holographic shell à Windows 10 afin d’associer la réalité mixte aux applications Windows universelles (communes aux environnements desktop et mobile de l’OS) sur un PC (voire une tablette ou un smartphone dans l’absolu). Windows Holographic mettra ainsi la réalité augmentée et virtuelle à la portée du plus grand nombre. Du moins ceux qui s’équiperont d’un casque de VR indispensable, pour l’heure, à la navigation dans un univers mêlant applications, objets 3D et environnement réel. Lors de la démonstration à l’IDC, Terry Myerson a utilisé un mini PC Intel NUC pour montrer les capacités holographiques de Windows 10 avec une haute qualité d’affichage (90 images par seconde).

Le retour de WinTel

Microsoft investit donc massivement dans ce que l’on pourrait qualifier d’interface du futur où l’utilisateur interagit « physiquement » sur des éléments virtuels. Ce qui ouvre de nouvelles opportunité de productivité (dans cette vidéo illustrative et un brin futuriste, on découvre comment une jeune architecte d’intérieur décore virtuellement un entrepôt en quelques minutes, avec l’aide à distance de ses associés, via le partage de ce qu’elle voit). Avec cette offensive sur les interfaces, Redmond entend reprendre la main sur un marché des OS où sa suprématie est attaquée sur son flan mobile (mais aussi fixe avec Apple OS X, voire Google Chrome OS).

De plus, ce nouveau partenariat avec Intel pourrait signer le retour d’un futur succès commun aux deux entreprises, à l’image de celui qui a dopé leur croissance depuis les années 80 jusqu’au milieu des années 2000. Les deux partenaires ont, chacun de leur côté, raté le virage de la mobilité dans lequel se sont engouffrés Google et Apple. Il restera à voir si ces technologies de réalité virtuelle/augmentée suffiront à gommer ces échecs historiques et à entraîner la résurgence du couple WinTel.


Lire également
Google plongerait Android dans la réalité virtuelle
Data SpotR, l’outil de visualisation 3D et VR sorti des labos de B-com
Formation des techniciens : GRTgaz mise sur la réalité virtuelle low cost


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur