Télégrammes : Microsoft met de l’IA dans Office 365, pas de webcam avec Anniversary Update, Free accélère sur le 700 MHz, Bouygues éteint son Wifi communautaire.

4GBureautiqueCloudGestion des réseauxLogicielsMobilitéOperateursOSPoste de travailRéseaux
0 0 1 commentaire

Rio ne répond plus après la fin des J.O. ? Consolez-vous avec nos télégrammes du soir, bien fidèles au poste.

  • Microsoft muscle l’intelligence d’Office 365. Le premier éditeur mondial met la main sur Genee, un service de prise de rendez-vous exploitant le Machine Learning. Redmond prévoit d’intégrer cette application à Office 365 et de fermer Genee en tant que service indépendant dès septembre prochain. Fondée en 2014, cette start-up simplifie la prise de rendez-vous et leur reprogrammation, en exploitant la compréhension du langage naturel (Genee analyse les mails envoyés par les participants) et des algorithmes d’optimisation de calendrier. S’il repose avant tout sur l’e-mail, le service intègre également les SMS, les messages dans Facebook et Twitter et les chats de Skype. Pour Microsoft, cet outil permettra d’optimiser l’organisation de réunions dans Office 365 quand certains des participants ne travaillent pas avec Outlook. Les termes du rachat de la start-up n’ont pas été dévoilés.
  • Les webcams victimes d’Anniversary Update. Arrivée début août, la dernière mouture de Windows 10, connue sous le nom d’Anniversary Update, a mis à l’arrêt des millions de webcams dans le monde, avertit le site Thurrott, spécialisé dans les technologies Microsoft. La mise à jour n’autorise en effet plus les caméras USB à utiliser le MJPeg ou le H264 – des formats très répandus -, et se limite à supporter l’encodage en YUY2. Il ne s’agit pas d’un bug, mais bien d’un choix que Microsoft a furtivement tenté d’assumer avant de rétropédaler une fois que ses équipes ont pris conscience de l’ampleur des dégâts provoqués par cette décision. Il suffit en effet que la webcam tente d’employer le MJPeg ou le H264 pour que le périphérique se gèle. Redmond promet un correctif, attendu au mieux pour septembre.
  • Free active son 700 MHz. Au 1er août dernier, Free comptait 167 sites en 700 MHz, selon l’ANFR (Agence nationale des fréquences), dont 3 en service. Aujourd’hui, 5 de ses antennes sont allumées, rapporte RNC mobile. Elles sont toutes situées à Paris intra-muros (dont une au siège social d’Iliad dans le 8e arrondissement). Le bassin parisien constitue en effet la première zone du pays libérée des usages du 700 MHz par les services de télévision hertzienne. Cette libération du 700 MHz doit s’étaler jusqu’en juin 2019 dans le reste de la France (sur le sujet lire Les enjeux techniques et stratégiques des enchères sur le 700 MHz). Avec Bouygues Telecom (pour 3 antennes), Free est le seul opérateur à déployer le 700 MHz, dont les licences ont été attribuées en novembre 2015. Faute de licence 800 MHz détenues par les concurrents (qui sont d’autant moins pressés d’aller sur le 700 MHz que les smartphones compatibles ne sont pas encore légion), la filiale d’Iliad, qui a déboursé quelque 932 millions pour acquérir deux lots de 5 MHz duplex de fréquences, va probablement accélérer ses déploiements 700 MHz pour renforcer son réseau 4G, aujourd’hui uniquement alimenté par le 2600 MHz. A noter que, toujours selon RNC mobile, trois autres antennes 700 MHz sont actives dans les Hautes-Pyrénées (à Tarbes, Odos et Semeac).
  • Bouygues Telecom coupe son Wifi communautaire. « Pour des raisons techniques, le réseau Wi-Fi communautaire est progressivement désactivé et prendra bientôt fin. » La semaine dernière, Bouygues Telecom a annoncé qu’il allait couper son Wifi communautaire, un service qui permet à un abonné fixe ou mobile de l’opérateur de se connecter en Wifi depuis une autre box du même opérateur (à condition qu’elle soit ouverte aux utilisateurs étrangers au foyer). Contacté par la rédaction, l’opérateur justifie sa décision en estimant que « le réseau Wifi communautaire est peu utilisé et, depuis la mise en place du réseau 4G sur l’ensemble du territoire, la majorité des clients n’en a pas besoin ». Une façon d’inviter les utilisateurs à basculer sur le réseau mobile de l’opérateur quand ils sortent de chez eux, quitte à utiliser leur smartphone comme modem pour partager leur connexion. Et de les pousser ainsi à souscrire à des forfaits data massifs, plus rentables pour Bouygues Telecom. A sa décharge, l’opérateur filiale du géant du BTP a multiplié les week-end de surf mobile illimité ces derniers mois. Le service avait été lancé en 2011. Pour l’heure, les concurrents de Bouygues n’ont pas annoncé l’abandon du Wifi communautaire. Bbox-News nous apprend également que Bouygues Telecom a également rompu ses accords avec Orange et SFR, accords qui permettaient de se connecter à leurs box communautaire avec des identifiants Bouygues.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur