Microsoft : une promo pour détourner les entreprises de VMware

CloudDatacentersDSIEditeurs de logicielsProjetsVirtualisation
0 41 Donnez votre avis

Microsoft offre Windows Server 2016, édition datacenter, à toutes les entreprises délaissant VMware pour son offre de virtualisation Hyper-V. Réellement une bonne affaire ?

Alors que se profile la sortie de Windows Server 2016, Microsoft lance une campagne promotionnelle pour détourner les entreprises de VMware et les amener sur sa technologie, Hyper-V. Avec cette offre de migration, qui court du 1er septembre prochain au 30 juin 2017, les entreprises qui transfèrent leurs charges de travail vers l’hyperviseur Microsoft pourront bénéficier de licences Windows Server Datacenter 2016, à condition d’avoir souscrit la Software Assurance (un contrat pour les grandes entreprises prévoyant un accès à toutes les nouvelles versions de produits Microsoft sous licence, contre une redevance annuelle).

En plus de ce qu’il présente comme les avantages de l’offre Hyper-V par rapport à celle de VMware – dont « une stratégie Cloud claire » -, Microsoft assure que le coût de revient de sa solution est inférieur à celle de son concurrent. A l’appui de ses dires, l’éditeur de Redmond livre un outil de comparaison des TCO des deux offres avec cette promotion. D’un côté, Windows Server 2016 édition Datacenter, System Center 2016 et Operations Management Suite – la pile Microsoft – ; de l’autre, vCloud Suite, vSAN, NSX et vCloud Air Disaster Recovery, l’équivalent signé VMware. Le premier éditeur mondial publie un exemple basé sur la migration de 100 serveurs (avec chacun 2 processeurs, à 8 cœurs et 10 VM par hôte), et assure que dans ce cas, une entreprise peut économiser près de 1,3 million de dollars par an.

Microsoft et VMware ou la guéguerre du TCO

Ms vs VMware 2
Exemple de tableau comparatif fourni par l’outil de Microsoft.

L’offensive apparaît d’abord comme une réponse à un outil similaire que propose depuis longtemps VMware et qui, bien évidemment, conclut plus volontiers que l’offre Microsoft est la plus chère. Dans un billet de blog, Redmond explique évidemment que son concurrent se base sur des critères faussés, notamment sur une densité de VM dans vSphere et Windows Server 2008 R2 SP1 aujourd’hui dépassée. Cette mouture de l’OS Server est « vieille de six ans », souligne l’équipe en charge de Windows Server. Qui oublie toutefois de préciser que ce critère seul n’empêche pas la version en question d’être encore largement déployée dans les datacenters des entreprises.

Dans un commentaire assez ironique sur le blog de Microsoft, VMware assure se baser sur les dernières données publiquement disponibles, qui ne sont pas celles relatives aux derniers produits de Redmond « en raison de certaines restrictions bien connues de certains de vos collègues chez Microsoft ». Et l’éditeur spécialiste de virtualisation de souligner surtout le caractère un peu vain de la promotion proposée par Redmond : « La plupart des clients VMware font déjà tourner Windows Server, donc possèdent déjà des licences Windows Server Datacenter pour leurs hôtes vSphere. » Et de glisser une pique : « Peut-être devriez-vous accorder à vos clients un répit sur les renouvellements de leur Software Assurance et les licences System Center dont ils auront besoin, car, avec votre nouveau licensing par cœur, ces coûts vont augmenter de façon significative pour tous ceux qui emploient des processeurs modernes comportant plus de 8 cœurs. »

Des licences par cœur de processeur

Rappelons qu’à l’occasion de la version 2016, le licensing de l’offre serveur de Redmond est modifié, les licences étant appelées à être comptabilisées par cœur de processeur (et non plus par processeur). Un petit changement qui peut avoir d’importantes conséquences financières, même si le premier éditeur mondial a déjà tenté de rassurer les DSI sur ce sujet. Dans un PDF détaillant cette modification, Microsoft expliquait : « Pour acquérir des licences pour un serveur physique, tous les cœurs du serveur doivent être sous licences. Un minimum de 8 licences cœur est requis pour chaque processeur physique dans le serveur et un minimum de 16 cœurs est nécessaire pour les serveurs avec un processeur. » Sachant que le prix de 16 licences cœur équivaut au tarif de l’actuel Windows Server, facturé lui au processeur, les DSI sont bons pour sortir leurs calculettes, afin de calculer l’impact réelle de la décision prise par Redmond.

Windows Server 2016 et System Center 2016 seront officialisées lors de la conférence Ignite, qui se tiendra du lundi 26 septembre au vendredi 30 septembre 2016 à Atlanta.

A lire aussi :

Windows Server 2016 : Microsoft passe au licensing par cœur de processeur

Windows Server 2016 : arrivée prévue en septembre

Les responsables IT pas pressés d’adopter Windows Server 2016


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur