Mobilité : GRdF passe des PDA aux tablettes Windows

4GCollaborationDSILogicielsMobilitéOS mobilesProjetsTablettes
1 62 Donnez votre avis

Les techniciens du distributeur de gaz sont en train d’abandonner leurs PDA durcis pour des tablettes tactiles sous Windows. Des terminaux qui ouvrent la porte à de nouvelles applications.

La mobilité pour les techniciens, seconde génération. Jusqu’à présent équipés de PDA durcis, les techniciens de GRdF, le principal distributeur de gaz en France et filiale du groupe Engie, sont en passe d’adopter des terminaux tactiles, sous Windows. « Il nous fallait apporter de la modernité aux techniciens qui, à domicile, connaissent les terminaux tactiles », justifie Manuel Mauriol, le responsable de la cellule mobilité du distributeur. Mais pas seulement : car le projet s’accompagne aussi d’une refonte applicative et d’une intégration de tous les métiers sur une tablette unique. « L’objectif est de permettre aux techniciens de réaliser à la fois leurs activités en clientèle et leurs opérations de maintenance depuis un unique terminal », reprend Manuel Mauriol. Là où, aujourd’hui, certains jonglent avec trois ou quatre PDA, chacun d’entre eux étant dédié à une application.

Ne rien changer au back-office

Jean-Baptiste Gayet, d’Avanade, la SSII qui a mené le projet dans le cadre d’un contrat de 3 ans avec le distributeur, ajoute que le passage à un terminal Windows débouche aussi sur la possibilité de proposer un bureau mobile ouvert (avec Office 365), à l’opposé des PDA, par nature fermés. « Par ailleurs, le projet devait intégrer les contraintes de la DSI, qui, au-delà d’anticiper l’obsolescence des PDA, souhaitait un déploiement progressif et éviter toute modification du système d’échange permettant aux outils mobiles de dialoguer avec les systèmes d’entreprise », ajoute Jean-Baptiste Gayet.

gayet
Jean-Baptiste Gayet

Ce qui signifie aussi que le terminal choisi devait, à minima, proposer les mêmes fonctionnalités que les PDA, en particulier un lecteur de codes-barres. « Trouver une tablette renforcée permettant de conserver l’infrastructure d’échange tout en améliorant les performances et en amenant de nouvelles fonctions était un des enjeux du projet », raconte Guillaume Eniona, analyste en technologies mobiles chez Avanade. Le matériel Panasonic retenu, une tablette renforcée sous Windows 8.1, mais compatible Windows 10, propose donc le fameux lecteur de codes-barres, mais aussi un lecteur RFID, un accéléromètre, un module GPS ou encore la 4G. La géolocalisation permet d’ailleurs à GRdF de proposer à ses techniciens une application d’aide à la conduite, reliée aux applications métier. Et la 4G amène un bond des performances (avec par exemple un temps de synchronisation divisé par 6).

4 applications métier pour GRdF

Autre défi classique dans les projets de mobilité : assurer l’adhésion des utilisateurs. « Le technicien doit retrouver son parcours d’intervention, sans sentir les contraintes inhérentes aux systèmes de back-office », résume Jean-Baptiste Gayet. Le développement des nouvelles applications, en interface graphique Modern UI, s’appuie pour ce faire sur des ateliers, visant à mieux cerner les besoins des utilisateurs, et sur des validations menées auprès d’utilisateurs tests de différentes agences en France. « Les utilisateurs doivent pouvoir manipuler les maquettes très rapidement, car la fluidité de la navigation s’avère essentielle pour le succès d’un projet de ce type », résume Manuel Mauriol.

Au final, quatre applications, qui communiquent entre elles et ont reçu le même design, sont développées au cours de ce projet, qui a duré 8 mois. « Nous sommes passés d’une navigation par page, sur un PDA, à une navigation horizontale », dit Jean-Baptiste Gayet. Les promoteurs du projet assurent que le passage aux terminaux tactiles permet aux utilisateurs de gagner du temps sur la saisie. « Nous n’avons pas changé le mode de fonctionnement existant des applications, afin de limiter l’accompagnement au changement – une volonté de la DSI -, mais nous avons fusionné des écrans du PDA », illustre le responsable de la cellule mobilité du distributeur de gaz. Au passage, les champs présents dans les applications ont également été nettoyés. Le fonctionnement des applications Modern UI dans leur propre espace mémoire permet aussi de garantir leurs performances, un autre critère essentiel dans un projet de mobilité de techniciens de maintenance.

Une app pour Gazpar

Gazpar
Le compteur Gazpar.

Le déploiement a démarré en 2015 par un pilote auprès de 600 utilisateurs. Un galop d’essai qui a « donné satisfaction » en particulier en terme d’expérience utilisateur, selon Manuel Mauriol. Au total, ce sont 4 500 tablettes qui doivent être placées entre les mains des techniciens d’ici à la fin 2017. A noter que, pour gérer les saisies opérées depuis les zones blanches, les terminaux proposent un mode déconnecté, basé sur des synchronisations de base de données à base de données, via une base SQL stockée sur la tablette et dialoguant avec les applications Modern UI. « Pour ces synchronisations, on a dû revenir à des technologies anciennes », reconnaît Guillaume Eniona.

L’arrivée des tablettes ouvre aussi de nouveaux horizons à GRdF. La filiale d’Engie vient ainsi de se lancer dans un test du RFID, pour notifier le passage des techniciens sur les ouvrages. La tablette va aussi s’enrichir d’une nouvelle application permettant de gérer Gazpar, le compteur communicant du gaz. « La prochaine étape consiste aussi à intégrer Yammer (le réseau social d’Office 365, NDLR), indique Manuel Mauriol. Nous réfléchissons aussi à un prototype exploitant la réalité augmentée via lequel le technicien pourrait visualiser notre réseau en superposition. »

A lire aussi :

Projet Gazpar : Atos Worldgrid chargé de l’intégration des SI

Internet des objets : la révolution industrielle que l’Europe ne doit pas rater

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur