Munich envisagerait de revenir à Windows et Office

DSILogicielsOSPoste de travailProjetsSecteur Public
4 199 2 commentaires

En Allemagne, la ville de Munich étudie la possibilité de migrer vers l’environnement Windows qu’elle a pourtant abandonné au profit de logiciels libres et Open Source.

Microsoft séduit toujours le secteur public européen. En France, le ministère de la Culture veut investir 2 millions d’euros dans le déploiement de Microsoft Office en 2017. En Allemagne, la ville de Munich étudie l’opportunité de migrer 20 000 postes existants vers Windows 10 et Office, révèle TechRepublic. La commune allemande a pourtant choisi d’abandonner un environnement logiciel propriétaire, à partir de 2006, au profit de solutions libres et Open Source.

En 9 ans, Munich a migré près de 15 000 postes vers des alternatives aux solutions Microsoft, dont l’OS LiMux (distribution Linux basée sur Ubuntu) et la suite bureautique LibreOffice. Mais le rapport commandé par le maire de Munich, Dieter Reiter, étudie le retour possible à Windows et Office.

Le département des ressources humaines de la ville est favorable à ce revirement potentiel. Selon les RH, les bugs à répétition, dans des logiciels anciens, font chuter la productivité des agents. Et l’utilisation de logiciels Open Source, dans certains services, ne fonctionnerait pas comme prévu. 

LiMux et Windows en retard

La version actuelle de LiMux (5.0) est basée sur Ubuntu 12.04 LTS, une distribution sortie en avril 2012 avec un « support à long terme ». (Pour le grand public la version la plus récente d’Ubuntu, la 16.10 à ce jour, est disponible). 45% des PC de la collectivité allemande tourneraient sous LiMux 5, 32% sous LiMux 4.1 et 23% sous LiMUx 4.0. Et plus de 4000 PC fonctionneraient encore sous Windows, dont 77% sous Windows 7, 9% sous WIndows XP et Vista, et 14% sous WIndows 2000.

Aucune décision n’est prise, à ce jour, sur une éventuelle migration des postes munichois vers Windows 10 et Office. Et le coût d’une telle opération resterait à déterminer.  Par ailleurs, la Free Software Foundation (FSF) fait le constat qu’Accenture, la société qui a réalisé le rapport pour Munich, a formé avec Microsoft, la coentreprise Avanade. Celle-ci aide les organisations à déployer des solutions de Redmond. Simple coïncidence ? Accenture ne le dit pas, mais parle d’une « vue indépendante du paysage technologique » fournie à la ville de Munich.

Lire aussi :

La facture salée de Munich pour quitter Windows XP et 2000
Accenture, Microsoft et Avanade se fédèrent autour du Cloud hybride

crédit photo © Rosonic-Shutterstock

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur