MWC 2016 : SK Telecom veut lancer sa 5G dès 2017

4GGestion des réseauxMobilitéOperateursRéseaux
2 4 Donnez votre avis

A Barcelone, SK Telecom a atteint les 20,5 Gbit/s de transmission sur un réseau 5G. Selon l’opérateur, les technologies 5G sont mûres pour leurs lancement.

SK Telecom a profité du Mobile World Congress (MWC) 2016 de Barcelone pour présenter ses dernières innovations en matière de 5G. L’opérateur coréen, notamment premier à avoir appliqué le LTE-A tri-bandes, a d’abord battu un record de transmission. Lors d’une démonstration live sur la base de solution Nokia, SK a atteint les 20,5 Gbit/s de bande passante. C’est mieux que les 19,1 Gbit/s précédemment franchis en octobre 2015 en agrégeant les technologies 256 QAM (modulation d’amplitude en quadrature) et MIMO (Multiple-Input Multiple-Output) 8×8 en utilisant 400 MHz de largeur de bande. Mais moins que les 25 Gbit/s atteints avec Ericsson en début du mois à Stockholm. Cependant, SK Telecom indique que la démonstration de Barcelone est la première réalisée en dehors d’un laboratoire. De la « vraie 5G » en quelque sorte.

Autrement dit, la 5G qui répond aux critères de performances définis par l’Union Internationale des Télécoms (UIT) est aujourd’hui une réalité. Une technologie que SK Telecom entend déployer dès 2017. L’opérateur a d’ailleurs annoncé la création de la 5G Open Trial Specification Alliance pour lancer, avec d’autres opérateurs, des essais et commercialisation de services 5G au cours des deux prochaines années. NTT DOCOMO, Verizon et KT ont rejoint l’initiative.

1,5 Gbit/s sur un terminal

C’est notamment la vision qu’a partagée Rajeev Suri. Lors de sa conférence à Barcelone, dimanche soir, le patron de Nokia a déclaré que « les premiers déploiements [de la 5G] devraient avoir lieu à partir de 2017, avec une montée en puissance jusqu’en 2020  ». Selon le dirigeant, « certains services seront mis en œuvre avant l’achèvement officiel de la 5G, et, en tout état de cause, l’élaboration de la norme elle-même avance plus vite que prévu ». Outre SK Telecom et Verizon, l’américains AT&T a également engagé des projets pour commencer à déployer des réseaux 5G dès l’année prochaine.

Il restera néanmoins à préparer les terminaux à supporter ces nouvelles capacités. Dans ce cadre, SK Telecom travaille avec Intel qui a développé une plate-forme de test compatible avec les fréquences inférieures à 6 GHz, telles que celles exploitées pour la 4G aujourd’hui, mais aussi supérieures, celles de la 5G de demain même si les bandes de fréquences dédiées ne sont aujourd’hui pas arrêtées. Les deux partenaires ont démontré une capacité de transmission de 1,5 Gbit/s entre un terminal et une antenne 5G. Un succès qui pousse Intel à inviter les fabricants de smartphones à collaborer sur des tests d’interopérabilité entre les terminaux et la station de base radio.

La 5G prête pour le slicing

SK Telecom a également fait la démonstration, en collaboration avec Ericsson cette fois, de technologies de « slicing » 5G. Le slicing permet de découper un réseau physique pour le segmenter en de multiples réseaux virtuels avec leurs services propres. Ce qui permettra aux opérateurs de personnaliser leurs offres aux besoins de leurs clients et, donc, de valoriser en conséquence leur infrastructure. Notamment avec les services autour de l’Internet des objets (IoT). Une manière de récupérer du contrôle de leur réseau face aux services de couches hautes des OTT dont les opérateurs se plaignent de ne pas pouvoir tirer de valeur.

Plus globalement, SK Telecom a profité de Barcelone pour démontrer un service « 3D hologram » qui, aux côtés de la réalité virtuelle et augmentée, s’appuie sur les capacités de la 5G à transmettre quasi instantanément de large volume de données pour apporter une nouvelle expérience utilisateur. Enfin, l’opérateur a également présenté ses avancées technologiques en matière de handover dans les ondes millimétriques (au-delà de 6 GHz) pour les environnements mutli-cellulaires. Le transfert d’une cellule à l’autre sans interruption de service lorsque l’utilisateur se déplace est en effet indispensable pour installer des offres de communications mobiles dignes de ce nom. Une démonstration réalisée aux côtés de Samsung cette fois.


Lire également
Nokia, Ericsson et Huawei : la 5G en ordre dispersé à Barcelone
AT&T se lance à son tour dans la course à la 5G
Plus de 100 Gbit/s sur un réseau sans fil


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur