MWC : Qualcomm dégaine aussi son modem 5G… après Intel

4GMobilitéOperateursProjetsRéseauxSmartphones

Le Snapdragon X50 supportera le nouveau réseau radio 5G en plus de l’existant. Mais pas avant 2019. Une annonce visant à faire de l’ombre à Intel ?

Barcelone – Quelques jours à peine après avoir présenté le X20, et Mobile World Congress (MWC) de Barcelone oblige, Qualcomm annonce le Snapdragon X50. Ce nouveau modem se distingue du précédent par sa capacité à gérer les bandes de fréquences sous les 6 GHz propres à la téléphonie mobiles désormais considérée comme traditionnelle. Il supportera aussi celles issues des ondes millimétriques avoisinant les 28 GHz et 39 GHz que la 5G va embrasser pour exploiter les généreuses largeurs de bandes capables d’amener le trafic à des très hauts débits (Gbit/s).

Le nouveau composant sera donc en mesure de supporter ce que l’industrie qualifie désormais de 5G NR (New Radio) et l’historique normalisée autour de la 2G, 3G et 4G dont le signal sera néanmoins envoyé en technologie LTE (4G). Un module tout en un qui s’adresse aux opérateurs avides de tests et de déploiements précoces de solutions 5G. Lesquels s’appuieront probablement sur des terminaux de types modems mobiles plus que des smartphones, Qualcomm se gardant pour l’heure de détailler sa solution. Le fournisseur se contente simplement d’annoncer que le X50 sera prêt pour les réseaux en test ou commercialisés à partir de 2019.

Ne pas laisser l’avantage à Intel

Une annonce pour le moins anticipée, donc, qui s’apparente à une tentative visant à ne pas laisser à Intel toute la route des composants radio pour les terminaux 5G. En début d’année, l’entreprise de Santa Clara annonçait la production pour le second semestre d’un modem 5G couvrant les fréquences sous les 6 GHz et dans la bande des 28 GHz à la fois. Une offre qui devrait trouver ses premières applications dans la 5G fixe que compte déployer Verizon pour alimenter en Internet très haut débit les foyers d’une poignée de villes américaines en 2017 avec Nokia aux commandes du réseau mobile. Pour le leader des composants radio des smartphones, il est inconcevable de se voir dépasser par un concurrent qui a peiné jusque-là à prouver sa pertinence sur le marché des smartphones.

Pour s’en distinguer, Qualcomm précise que le X50 supportera également le gigabit LTE (par l’agrégation de fréquences). Autrement dit, derrière son aspect innovant aux allures de prototypes, la puce permettra de tirer parti de l’existant pour les opérateurs qui souhaiteraient améliorer les capacités de leur réseau mobile ou déployer une passerelle vers la 5G. Reste néanmoins à vérifier que les constructeurs de smartphones adopteront l’idée. « Les solutions de chipsets 5G NR de Qualcomm Technologies permettront aux opérateurs et aux équipementiers d’accélérer le déploiement mondial de 5G NR, offrant des débits de données multi-gigabit par seconde à une latence nettement inférieure et un tissu de connectivité unifié pour répondre aux exigences croissantes de connectivité pour les services critiques, le haut débit mobile amélioré et la masse issue de l’Internet des objets », veut croire Cristiano Amon, vice-président exécutif de Qualcomm Technologies.


Lire également
La 5G en ligne de mire de Qualcomm
Nokia, Qualcomm et GE jettent l’IoT industriel dans un réseau LTE privé
Qualcomm bat Intel avec un modem 4G à 1,2 Gb/s


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur