Nathalie Kosciusko-Morizet, la super 'geekette' du gouvernement Fillon

Régulations

Selon l’agence Human-to-Human, NKM est la ministre (dédiée à l’économie numérique) qui se sert le mieux des outils Web 2.0 pour communiquer.

« Les membres du gouvernement ‘Fillon 4’ sont%u2010ils aussi ‘Netophiles’ que les Français, lesquels étaient 22 millions à visiter au moins un réseau social en 2008? » C’est la question à laquelle l’agence Human to Human, spécialiste des veilles d’opinion en ligne, tente de répondre. Pour cela, elle a observé et analysé la présence, au 30 juin 2009, des 38 ministres et secrétaires d’Etat sur la blogosphère, Facebook, les plateformes de partage de vidéos (Dailymotion et YouTube, voire WAT) et Twitter.

Résultats? Bien que hors concours, il semble que François Fillon ne soit pas le ministre le plus geek du gouvernement. Selon Human to Human, c’est Nathalie Kosciusko%u2010Morizet qui occupe la première place des acteurs du gouvernement les plus présents sur les réseaux sociaux. Un sans faute, donc, pour la secrétaire d’Etat chargée de la Prospective et du Développement de l’économie numérique respectivement suivie par Laurent Wauquiez (secrétaire d’Etat chargé de l’Emploi) et le nouveau venu Benoist Apparu (secrétaire d’Etat, chargé du Logement, de l’Urbanisme et de l’Ecologie).

Ses capacités à blogger, à animer sa page Facebook ou encore à twitter font de NKM la super geekette du gouvernement. Qu’on en juge : plus de 5000 followers sur Twitter en deux mois; autant « d’amis » sur Facebook (à tel point qu’elle a dû associer à son compte une Fan Page afin de ne pas être restreinte par la limite fixée par le site de réseautage); et une cinquantaine de commentaires par article sur son blog (rejointe à ce niveau par Rama Yade) contre une moyenne de 6,5 articles pour l’ensemble des blogs des ministres et secrétaires d’Etat qui en ont ouvert un.

Globalement, les membres du gouvernement peuvent mieux faire en terme d’outils Web 2.0. Seuls 5 % d’entre eux sont présents sur les quatre médias (blog, Facebook, Twitter, vidéo), 8 % le sont sur trois d’entre eux, 35 % pour deux sur quatre et 34 % pour un seul. Il reste tout de même 18 % des ministres qui dédaignent les nouveaux outils en ligne. Si le Premier ministre peut se vanter d’avoir été parmi les premiers à ouvrir un blog, on attend toujours ceux des poids lourds, à savoir Jean-Louis Borloo, Michèle Alliot%u2010Marie, Bernard Kouchner, Christine Lagarde ou Brice Hortefeux. Il faut dire que changer de ministère trop fréquemment ne doit pas aider.

Quand à ceux qui en animent un, ils peinent apparemment à exploiter ses propriétés de dialogues (via une réactivité aux commentaires, quand ils sont ouverts ce que n’autorise pas Eric Woerth) « Le discours politique peine à devenir conversation. La majorité des ministres adoptent une posture de communication conventionnelle ‘top%u2010bottom’ centrée sur leurs actions plus que sur l’écoute et l’interaction avec leur communauté », note l’agence dans son communiqué.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur