Poste de travail

Native Client de Google supporte les puces ARM

chromeos
1 1 Donnez votre avis

Les machines ARM sous Chrome OS pourront prochainement lancer du code natif via une nouvelle version du greffon Native Client. Une avancée intéressante.

Les ingénieurs de Google viennent d’ajouter le support de l’architecture processeur ARM au greffon Native Client qui sera intégré dans le navigateur web Chrome 25 et supérieur.

Rappelons que ce greffon permet d’exécuter du code natif au sein du navigateur. Le tout de façon sécurisée (il fonctionne dans un bac à sable) et en totale indépendance vis-à-vis de l’OS (Windows, OS X ou Linux). La vitesse de fonctionnement est nettement plus rapide qu’avec du code JavaScript.

Reste un problème de portabilité lié à l’architecture processeur visée. Jusqu’alors seul le code x86 était supporté. Un fait ennuyeux sachant que Native Client est la seule passerelle permettant l’exécution de code natif sous Chrome OS et que la machine Chrome OS la plus populaire du marché est un Chromebook ARM, celui de Samsung (voir « Les Chromebooks, stars des ventes sur Amazon »).

Avec cette annonce, ce problème fait maintenant partie du passé. Nous pourrions même imaginer l’arrivée de Native Client sous Android.

Portable Native Client

Afin d’être compatible ARM et x86, il conviendra de compiler le code pour ces deux architectures processeur, via le SDK de Native Client.

La firme promet toutefois d’améliorer la portabilité de son offre avec Portable Native Client. Le code sera alors compilé par le SDK sous la forme d’un unique code intermédiaire LLVM, lequel sera compilé à la volée par le greffon Portable Native Client.

De très nombreuses architectures processeur seront alors supportées. Il ne sera par ailleurs plus nécessaire de recompiler le code avec le SDK lors de l’ajout d’une nouvelle architecture, ce point étant pris en compte directement par le greffon.


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – Êtes-vous un champion du navigateur web Chrome ?