Télégrammes : Le Net contre la radicalisation, des aspirateurs-armes, Gneural Network lancé, Claranet se renforce sur AWS

CloudCyberguerreDatacentersLogicielsOpen SourceSécurité
1 2 Donnez votre avis

Des Hauts de France et dans d’autres régions de Navarre, les lecteurs peuvent tous lire les télégrammes du soir.

Google, Facebook, Twitter et d’autres s’unissent contre la radicalisation. Après les attentats de novembre 2015, le gouvernement français avait sollicité l’aide des acteurs du web pour lutter contre la radicalisation des individus sur le web. Il semble que les choses avancent, car, selon nos confrères d’Europe 1, une fondation dédiée au sujet verrait le jour « dans les prochaines semaines ». Cette structure pourrait financer des campagnes de diffusion de témoignages de jeunes revenus d’Irak et de Syrie. Une information non confirmée par les différents protagonistes, même si, chez les géants du web, on souligne qu’une approche commune fédérerait les actions à mener. Les acteurs du web veulent aussi travailler en collaboration avec plusieurs associations.

Transformer un aspirateur en arme. La DARPA est prête à payer 130 000 dollars pour changer n’importe quel produit quotidien en arme. Four, lave-vaisselle, réfrigérateur ou aspirateur pourraient devenir demain une arme, en les commandant à distance via un smartphone. La DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency) vient de lancer un concours en ce sens, avec la clé des récompenses allant de 40 000 $ pour mener une étude de faisabilité, jusqu’à 70 000 $ pour la construction d’un prototype et 20 000 $ pour son évaluation. Les successeurs de « Q » ont jusqu’au 13 avril pour rendre leur copie. L’agence proche du Pentagone choisira alors les meilleures prestations pour laisser ensuite 75 jours aux gagnants pour la réalisation d’un prototype. L’objectif affiché est d’anticiper les idées de l’adversaire en ayant une vision d’inventeur – plus qu’une vision militaire – et en pouvant réaliser ces solutions rapidement (moins de 90 jours).

IA : Gneural Network lancé. La Free Software Foundation veut se faire une place dans l’intelligence artificielle en proposant la version 0.0.1 de Gneural Networks. Elle le définit comme un ensemble GNU pour un réseau neuronal programmable. « Ce réseau sera dynamique capable d’apprendre des tâches très simples comme l’ajustement des courbes », précise GNU Project qui promet un enrichissement du catalogue prochainement. Cette initiative est surtout là pour dénoncer la mainmise des entreprises et des laboratoires sur les technologies d’intelligence artificielle. Même si de plus en plus d’acteurs de l’IT ouvrent leurs algorithmes de Machine Learning. Plusieurs voix se sont élevées pour demander des données – et non des plateformes – afin de se former à l’IA. Dans ce cadre, Yahoo a publié 13,5 To de données, un jeu à destination des chercheurs et développeurs.

Claranet renforce son expertise sur AWS. L’hébergeur britannique Claranet se porte acquéreur de son compatriote Bashton Limited, une société de services créée en 2004 et spécialisée dans le Devops et les services managés sur AWS, le Cloud d’Amazon. Bashton réalise un chiffre d’affaires modeste de 1,5 million d’euros par an. Ce nouveau rachat suit ceux du francilien Morea et de Celingest en Espagne, deux autres spécialistes de la gestion d’applications sur AWS. Claranet (228 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel, plus de 1 000 employés) s’est aussi récemment porté acquéreur d’Aspaway, un spécialiste français du Saas qui a, de son côté, négocié le virage du Cloud grâce à un partenariat avec IBM SoftLayer.

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur