La Nintendo Switch aurait dû fonctionner sous Android

Editeurs de logicielsMobilitéOS mobilesProjets
nintendo-switch

Révélations de la part de Kirt McMaster, ancien patron de Cyanogen Inc., qui indique que la société avait été approchée en vue de créer l’OS de la Nintendo Switch.

Dans un tweet (effacé depuis), Kirt McMaster, ancien CEO de Cyanogen Inc., a confirmé que Nintendo aurait approché la société afin qu’elle mette au point une version de l’OS mobile Cyanogen pour une future console portable. Probablement la Switch.

Switch Cyanogen

Encore un signe du management malheureux qui a été fatal à la société. Laquelle avait pourtant tout pour se faire une place sur le marché des smartphones, avec son OS dérivé d’Android, apportant un meilleur contrôle sur les données utilisateur. Et disposant du support de certains constructeurs de smartphone, dont Zuk (Lenovo). Une occasion ratée également pour la sphère Android, qui ne comptera donc pas la Switch dans ses rangs.

Une société privée de ses deux fondateurs

Suite à un premier semestre 2016 très difficile, Cyanogen Inc. s’est largement réorganisé en fin d’année, écartant ainsi son CEO et cofondateur Kirt McMaster en octobre (voir à ce propos l’article « Cyanogen Inc. écarte ses fondateurs et se rapproche d’Android »).

Seconde alerte fin novembre (« Nouvelle réduction de voilure pour Cyanogen Inc. »). Avant l’arrêt du projet Open Source CyanogenMod fin décembre. Et le départ de l’autre cofondateur de la société, Steve Kondik (voir « Cyanogen Inc. saborde le projet Open Source CyanogenMod »). Un fork de CyanogenMod a depuis été lancé, LineageOS.

À lire aussi :
Première release pour CyanogenMod 13, le clone d’Android 6.0
En difficultés, Cyanogen Inc. pourrait abandonner son OS mobile
Avec Mod, Cyanogen amplifie l’intégration entre OS et apps


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur