Nokia supporte désormais Lora sur sa plateforme de gestion IoT

Gestion des réseauxLogicielsM2MMobilitéRéseaux

Nokia Impact, plateforme de gestion des objets connectés, voit l’arrivée de nouvelles applications et du support des protocoles Lora et NB-IoT.

En amont du Mobile World Congress (MWC) de Barcelone à la fin du mois, Nokia annonce avoir enrichi sa solution de gestion des objets connectés Impact (Intelligent Management Platform for All Connected Things) présentée en juin 2016. Destinée aux fournisseurs de services de communication comme aux entreprises et gouvernements, Impact se présente comme une plate-forme de services pour l’Internet des objets (IoT). Gestion de la collecte des données, traitement des événements, prise en charge des périphériques, analyse des données y sont notamment proposés pour n’importe quel type d’objet, quel que soit le protocole et à travers toutes les applications, assure Nokia. Le tout agrémenté des couches de sécurité indispensables à l’intégrité du réseau.

Lora et NB-IoT

La nouvelle version d’Impact introduit notamment des applications de vidéo analytique (pour détecter automatiquement les anomalies à travers l’oeil d’une caméra), de parking connecté, de gestion optimale de l’éclairage urbain et de gestion des véhicules (de la maintenance prédictive à l’analyse de consommation en passant par la géolocalisation). Outre les nouvelles applications, Impact supporte désormais le NB-IoT, le protocole de l’industrie mobile dédié aux objets connectés sur réseaux sous licence, et son « concurrent » Lora qui s’appuie, lui, sur des bandes de fréquences libres pour connecter les objets à faible consommation énergétique.

Le support de Lora, et plus généralement tous les protocoles LPWAN (réseau longue portée à faible consommation), par Nokia n’est pas anodine. Principaux pourvoyeurs des technologies mobiles au sein de la 3GPP (l’association de standardisation des technologies mobiles), les équipementiers se tenaient jusqu’à présent à l’écart de Lora. Une position que nous confirmaient Ericsson ou Qualcomm ces derniers mois, du moins en matière d’équipements radio. Mais le support annoncé de Lora chez Nokia pour son offre de gestion IoT, est symptomatique de l’importance acquise par ce protocole créé, rappelons-le, par un groupement d’industriels, d’éditeurs et d’opérateurs (dont Bouygues Telecom et Orange en France) en réponse au manque de réaction de la 3GPP pour adresser les besoins des objets connectés.

80 000 modèles IoT

A l’origine, l’association comptait intégrer la problématique de l’IoT dans les travaux de la 5G. En réaction à la montée en puissance de Lora et, précédemment, Sigfox, la 3GPP a depuis émis ses protocoles IoT. Le NB-IoT (pour les objets à faible besoin de bande passante) et le LTE-M (pour supporter l’envoi plus massif de donnée comme les caméras IP), principalement. Des protocoles qui ne répondent manifestement aux caractéristiques des objets qui émettent de très petites quantités de données, disposent d’une large autonomie (10 ans ou plus) à bases de capteurs à faible coûts (moins de 5 dollars). Un marché au côté duquel Nokia n’a manifestement pas l’intention de passer. D’où le support annoncé de Lora dans sa plate-forme de gestion qui l’aidera notamment à conserver les clients auprès de qui elle est déjà déployée pour gérer des solutions de bout en bout. Impact, dont la nouvelle mouture sera livrée dans le courant du deuxième trimestre 2017, propose quelque 80 000 modèles pour dispositifs IoT, haut débit et résidentiel.

En parallèle d’Impact, Nokia a également annoncé un nouveau routeur dédié aux réseaux des services publics (utilities) et, plus globalement, aux besoins des villes connectées (smart cities) et d’autres secteurs verticaux. Le 7705 SAR-Hm s’illustre en faisant converger les technologies IP/MPLS et LTE/3G pour moderniser les réseaux maillés (grid). En ajoutant des technologies sans fil au traitement filaire, le routeur entend faciliter l’accès aux appareils des réseaux « en grille » installés en profondeur et difficilement accessibles par des infrastructures filaires et autoriser une évolutivité plus souple. Un boîtier taillé pour l’Internet des objets (IoT), s’il en est.


Lire également
Orange et Nokia font route commune vers la 5G
Ericsson va connecter 200 millions d’objets en Chine
IoT : La France peut-elle échapper au leadership d’Amazon, Google ou Microsoft ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur