Nokia teste le LTE-U MulteFire en Arabie Saoudite

4GMobilitéOperateursRéseauxWifi
Nokia tests Multefire
2 4 Donnez votre avis

Les premiers tests grandeur nature du LTE-U réalisés sur le réseau de l’opérateur STC ouvrent les portes d’une application prochaine de la technologie « LTE sur Wifi ».

Six mois après avoir lancé la MultiFire Alliance, Nokia vient de publier les résultats de ses tests effectués sur réseau grandeur nature. Selon l’équipementier finlandais, l’usage de cette technologie offrirait des gains de couverture deux fois supérieure à celle du Wifi en entreprise.

Rappelons que le LTE-U, est une technologie de télécommunication mobile qui s’appuie sur les bandes de fréquences non licenciées 5 GHz pour offrir des services de data et voix mobiles depuis les infrastructures des opérateurs. Aujourd’hui, la bande des 5 GHz est avant tout utilisée par les réseaux Wifi (802.11a, n et ac) des entreprises et particuliers. Le LTE-U s’inscrit donc comme un concurrent du Wifi ou, au dire de ses prescripteurs, un complément en garantissant l’absence d’interférence avec le réseau local sans-fil. L’absence de licence d’exploitation permet ainsi aux opérateurs de s’appuyer sur le LTE-U pour déployer rapidement et de manière économique (l’absence de licence aidant) de la capacité supplémentaire aux sites des entreprises et autres lieux très fréquentés comme les stades, aéroports et autres centres commerciaux.

120 Mbit/s de débits

Nokia a mené ses tests sur le réseau de Saudi Telecom Company (STC). Ils visaient notamment à s’assurer de la coexistence pacifique entre le LTE-U « MulteFire » avec le Wifi 5 GHz tout en offrant des capacités supplémentaires pour les terminaux compatibles 4G. Selon Nokia, qui a mis son infrastructure FlexiZone hétérogène (macro et small cell) à niveau par simple mise à jour logicielle, les appareils MulteFire ont pu atteindre les 120 Mbit/s de bande passante bidirectionnelle. Nokia ne précise cependant pas quelle largeur de bande il a exploité pour atteindre cette performance. On remarquera cependant que c’est moins que les 150 Mbit/s théoriques en réception promis sur les 20 MHz de largeur de bande en 4G.

Par ailleurs, « le test a montré une portée jusqu’à 50% meilleure et une couverture 2 fois meilleure par rapport à une connexion Wifi », assure l’équipementier finlandais. Et assure qu’aucune interférence n’a été constatée avec le Wifi, y compris à proximité d’un point d’accès MulteFire. Si la concurrence n’est pas technologique, elle risque d’être commerciale. A quoi bon déployer une infrastructure Wifi dans une entreprise si l’antenne du coin peut offrir les mêmes services et même y ajouter la voix ?

Bientôt la commercialisation

C’est tout l’enjeu du test qui, après les démonstrations effectuées en février au Mobile World Congress (MWC) de Barcelone, visait à poser les jalons de la commercialisation du MulteFire. « En tant que membre fondateur de l’Alliance MulteFire, Nokia est le moteur du développement d’une spécification technique globale, et ce test est une étape cruciale vers la commercialisation de la technologie, confirme Waseem Al-Marzogi, responsable du compte STC chez Nokia. En collaborant avec des opérateurs comme STC, nous pouvons développer de nouvelles façons d’utiliser le spectre tels que le 5 GHz pour répondre aux exigences du réseau d’aujourd’hui et de demain. »


Lire également
Qualcomm et Nokia structurent le LTE-U dans la MulteFire Alliance
Nokia et Google veulent porter la 4G sur les fréquences du Wifi
Début de guerre larvée entre la Wifi Alliance et les protagonistes du LTE-U


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur