Télégrammes : la Norvège accuse la Chine, anti-DDoS gratuit, Dell-EMC : le oui de l’UE

CyberguerreData & StockageLegislationRégulationsSécuritéStockage
3 7 Donnez votre avis

Moins tendus que les allées du Salon de l’agriculture, voici nos télégrammes du soir.

La Norvège accuse la Chine de vol de secrets militaires. Le procédé est suffisamment inhabituel pour être souligné : le lieutenant-général Morten Haga Lunde, responsable d’une agence de renseignement norvégienne (E-tjenesten), accuse officiellement la Chine d’avoir dérobé des informations à des entreprises de son pays. Selon le militaire, les cyberespions chinois ont récupéré des données sur des technologies militaires norvégiennes, informations qui ont été exploitées par l’industrie chinoise. La Norvège occupe une position géostratégique importante (du fait de sa production pétrolière notamment) et est membre de l’OTAN.

Google offre gratuitement l’anti-DDoS. Annoncé pour la première fois en 2013, Project Shield voit officiellement le jour : cet outil visant à contrer les attaques par déni de service (DDoS) est offert gratuitement par Google. Visant avant tout à protéger média et ONG, ce service exploite les infrastructures du groupe de Mountain View. Google précise que son outil n’acceptera pas les entreprises privées (hors du secteur des média) et les blogs individuels. Pour bénéficier du service, les sites doivent donner à Google un accès aux données détaillées relatives à leur trafic.

Dell-EMC : feu vert de l’UE. L’Union européenne donne son feu vert au rachat d’EMC par Dell, une acquisition monstre pour laquelle le Texan doit débourser pas moins de 67 milliards de dollars. Cette opération, la plus importante jamais réalisée dans l’IT, a été dévoilée en octobre dernier. La semaine dernière, la commission du commerce américaine (Federal Trade Commission) a elle aussi validé l’opération. Le rachat d’EMC, qui devrait être effectif à l’automne 2016, reste conditionné à l’approbation de ses actionnaires et à la capacité de Dell de réunir la somme promise. Pour y parvenir, le constructeur texan n’hésite pas à vendre certaines de ses filiales.

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur