Télégrammes : Une nouvelle tête à la cyberdéfense, L’Anssi sonde, Kosc sur la fibre d’Orange, 28000 PC sauvés par No More Ransom

FibreGestion des réseauxMalwaresOperateursProjetsRégulationsRéseauxSecteur PublicSécuritéSurveillance

Silicon.fr déménage… mais ce n’est pas une raison pour vous priver de vos télégrammes du soir.

Le général Olivier Bonnet de Paillerets à la tête de la cyberdéfense. Le général de brigade Olivier Bonnet de Paillerets deviendra, au 1er septembre prochain, le nouveau chef de la cyberdéfense à l’état major des armées. Il succède au vice-amiral Arnaud Coustillière. Le poste de général commandant de la cyberdéfense a été mis sur pied par l’ex-ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian : annoncée lors du discours de Rennes en décembre 2016, la fonction a été créée par un décret du 4 mai dernier. Olivier Bonnet de Paillerets sera placé sous le commandement direct du chef d’état-major des armées (Cema). A l’horizon 2019, le responsable de la cyberdéfense doit avoir sous ses ordres 2 600 militaires et 600 experts de la DGA.

Agilité et sécurité : l’Anssi sonde. Comment intégrer la sécurité dans le développement agile ? Pour avancer sur ce sujet crucial pour renforcer la robustesse des applicatifs, l’Agence nationale pour la sécurité des systèmes d’information (Anssi) lance un appel à commentaires sur un guide qu’elle a produit avec la Dinsic (Direction interministérielle du numérique et des systèmes d’information et de communication). L’Agence entend notamment étudier comment les enjeux de gestion des risques et d’homologation de sécurité peuvent s’intégrer « sans concession » dans un développement itératif. Le guide « Intégrer la sécurité numérique dans une démarche agile » propose « une approche simple et pratique » permettant d’analyser et couvrir les risques, de construire une politique de sécurité du système et de s’engager vers une homologation dans le cadre d’un développement itératif. L’appel à commentaires est ouvert jusqu’au 15 septembre (à cette adresse).

Kosc se branche sur le réseau d’Orange. Né en 2015, Kosc Telecom a construit son réseau sur l’infrastructure de Completel revendu dans le cadre de l’acquisition de SFR par Numericable Group en 2014. S’inscrivant comme le troisième opérateur wholesale en France, Kosc a mis à niveau son infrastructure et s’apprête à ouvrir ses services commerciaux en direction des entreprises. L’opérateur vient d’annoncer la signature d’un accord « de très long terme » avec Orange. Kosc ne détaille pas le contenu de l’accord, mais assure qu’il « aura accès aux infrastructures fibre d’Orange à l’échelle nationale ». En d’autres termes, il pourra commercialiser ses propres offres fibres optiques en direction des opérateurs d’entreprise,s qui pourront ainsi proposer le très haut débit (THD) aux PME. Cette initiative entre dans la volonté d’Orange de répondre aux exigences d’ouverture des infrastructures voulues par le régulateur afin de faciliter l’accès à la fibre pour les TPE et PME. Les premières offres de Kosc seront disponibles en septembre prochain pour une livraison à partir de janvier 2018.

28 000 PC secourus par No More Ransom. L’initiative No More Ransom aurait aidé 28 000 PC et serveurs à récupérer leurs fichiers chiffrés par des ransomwares depuis sa création. Selon le communiqué de Kasperky, membre de l’initiative, la récupération des données a permis d’économiser 8 millions de dollars. Créé en juillet 2016, No More Ransom regroupe 54 outils de déchiffrement fournis par 9 sociétés de sécurité. Ces utilitaires luttent contre une centaine de type de ransomwares. Le site dédié a vu défiler pas moins de 1,3 million de visiteurs probablement en quête d’une aide.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur