Régulations

Les entreprises de la Silicon Valley condamnées à la noyade

silicon-valley
2 1 Donnez votre avis

Telle est la triste fin annoncée pour Cisco, Facebook, Google, Intel, LinkedIn, Oracle, Yahoo, et 256 autres entreprises de la Silicon Valley !

Non, il ne s’agit pas d’une ridicule prédiction sortie d’une boule de cristal, et oui 256 entreprises de la Silicon Valley pourraient bien finir par se noyer réellement, et non d’une manière allégorique. Et parmi ces sociétés figurent Adobe, AMD, Cisco, Facebook, Fujitsu, Google, Infinera, Intel, LinkedIn, Oracle, Texas Instruments, ou encore Yahoo…

Cette très sérieuse prédiction a été émise par Eric Mruz, directeur du Don Edwards San Francisco Bay National Wildlife Refuge. Et il fait tout simplement référence à la montée des eaux imposée par les changements climatiques. Selon ce scientifique interrogé par ClimateWire, si le climat continue de se modifier comme nous le constatons actuellement, les eaux des océans devraient monter de 40 cm (16 pouces) jusqu’en 2050 et de 165 cm (65 pouces) jusqu’en 2100.

La Valley prend l’eau

Quel lien entre cette information et la Silicon Valley ? Cette dernière est située dans la baie de San Francisco, reliée au Pacifique par une embouchure surplombée par le célèbre pont Golden Gate. Or, si la Valley est protégée à l’ouest par un relief surélevé qui borde l’océan Pacifique, à l’est elle baigne dans la baie. Pire, une partie de la Valley se situerait actuellement entre 7,62 cm (3 pouces) à 25,4 cm (10 pouces) sous le niveau de la mer.

Si rien n’est fait, et probablement plus rapidement qu’attendu – la bande de terre et d’herbe qui actuellement sépare l’eau de la baie des zones construites ne résistera pas longtemps dans l’état à la montée des eaux – 256 entreprises (aujourd’hui) situées sur la zone inondable qui affiche le plus grand risque, mais également 3 millions d’habitants vont se retrouver les pieds dans l’eau.

Silicon Valley mapRappelons que la bande la plus à l’est de la Valley a été construite sur des terres qui ont été asséchées, par pompage destiné à l’irrigation de terres cultivables, dans les années 1900. Elle était alors connue sous le nom de Valley of Heart’s Delight. Les grands axes de circulation qui parcourent la Valley, la Higway 101 et la Route 237, sont également concernés.

Les tornades qui menacent la Valley

Pour autant, c’est moins la montée des eaux, une perspective qui dépasse certainement le terme de la vision de nombreux entrepreneurs de la Valley, que craignent les autorités de Santa Clara, principale ville visée par la menace, ainsi que de Mountain View, Palo Alto, San Jose et Sunnyvale, mais le risque de tornades qui ne cesse de s’enfler aux États-Unis comme dans beaucoup de zones du globe.

Couplée à la montée des eaux par vagues successives, cette menace est jugée aujourd’hui comme la plus dangereuse, selon une étude de l’US Army, qui dispose également d’infrastructures dans la Valley, conjointement avec la NASA.

Plusieurs études ont été ou seront lancées afin d’étudier le risque que représente le changement climatique. Pour l’heure, les entreprises concernées ont indiqué qu’elles maintiennent le statu quo et qu’il sera toujours temps de réagir lorsque les eaux viendront lécher le hall de leurs implantations…

Vers de nouvelles ‘Valley’, loin de la Californie

Aux États-Unis, de plus en plus d’activistes militent pour la création d’une nouvelle Silicon Valley, loin de l’actuelle Valley et de la Californie avec ses dangers sismiques, sans que pour le moment un consensus n’émerge. De nombreux états américains se revendiquent de ce projet.

Pour nous qui la fréquentons régulièrement, la menace la plus sérieuse pèse sur les datacenters géants disséminés sur la Valley, dont la perte pourrait peser très lourdement sur de nombreuses activités. Nul doute en revanche que la mise en garde publiée dans ClimatWire sera exploitée par les candidats à la/les nouvelle(s) Valley, futur(s) Eldorado des technologies et des entreprises IT…


Voir aussi

Silicon.fr étend son site dédié à l’emploi IT
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes