Numergy lâché par l’Etat et SFR ? Le Pdg du Cloud souverain dément

CloudDSIIAASProjetsSecteur Public
Philippe Tavernier, président de Numergy
3 163 Donnez votre avis

Privé de financement par l’Etat, lâché par son actionnaire SFR, Numergy chercherait un acheteur. Une version que réfute Philippe Tavernier, le Pdg du Cloud souverain.

La fin de parcours pour le Cloud souverain, projet lancé par l’Etat français en 2009 ? Selon nos confrères de l’Usine Digitale, Numergy cherche activement un repreneur. L’Etat, actionnaire dans le Cloud souverain à hauteur de 33 % au travers de la Caisse des dépôts, aurait interrompu le financement de la société. Et SFR, autre actionnaire à hauteur de 47 %, serait de son côté pressé de vendre ses parts, toujours selon nos confrères qui citent un repreneur potentiel resté anonyme.

Deux informations que réfutent Philippe Tavernier, le Pdg de la société (en photo). « Ce matin même, la Caisse des dépôts m’a confirmé qu’un désengagement de l’Etat n’était pas d’actualité, assure le dirigeant. Par ailleurs, je ne suis pas au courant d’un mandat de vente qui aurait été confié par SFR pour se désengager de Numergy ». Le Pdg, joint alors qu’il venait de réunir ses salariés pour commenter l’article de nos confrères, parle d’un « marronnier ». « C’est pénalisant pour l’entreprise », regrette-t-il.

En mars, l’engagement de l’Etat

Mi-mars dernier, nos confrères des Echos indiquaient déjà que l’Etat avait pris la décision d’interrompre le financement public des deux Cloud souverains, Cloudwatt et Numergy. Rappelons que Cloudwatt a depuis été repris à 100 % par Orange, un de ses actionnaires. A l’époque, le quotidien économique précisait qu’un peu moins de la moitié des sommes allouées par l’Etat (75 millions pour chaque Cloud) avait été débloquée. Dans un communiqué daté du 21 mars dernier, la Direction générale des entreprises et le Commissariat général à l’investissement assuraient toutefois que l’Etat poursuivait ses investissements dans Numergy, « pour soutenir son développement et conforter sa place parmi les acteurs de référence du Cloud Computing »

Fondé en 2012, le Cloud souverain est détenu à 47 % par SFR, passé sous la coupe d’Altice, tandis qu’Atos en contrôle 20 % (après le rachat de Bull) et la Caisse des dépôts 33 %. Soit un investissement total de 225 millions d’euros. Conçus pour concurrencer les grands Cloud américains, Amazon en tête, Numergy et le projet concurrent Cloudwatt n’ont pas atteint la taille critique imaginée lors du lancement du projet de Cloud souverain par l’Etat français, en 2009.

12 millions d’euros en 2015

Parti dès le départ sur le framework OpenStack, Cloudwatt a mis de longs mois à mettre sur pied une offre crédibles de Iaas. De son côté, Numergy a très rapidement lancé ses premières offres sur l’infrastructure VMware, développée par SFR, tout en concevant en parallèle sa propre plate-forme OpenStack, mise sur le marché en juin 2014. Malgré ce plan en deux étapes, le développement de la société n’a pas été à la hauteur des attentes de ses actionnaires : en 2013, Numergy a réalisé un petit 2 millions d’euros, total porté à 6 millions en 2014. Philippe Tavernier assure toutefois respecter son plan de développement et prévoit de réaliser environ 12 millions d’euros de prise de commandes cette année. Numergy a toutefois un peu réduit la voilure ces derniers mois : après avoir compté quelque 100 personnes, la société en emploie aujourd’hui 75.

Récemment, Philippe Tavernier nous expliquait encore que si sa société prenait place dans un nombre sans cesse grandissant d’entreprises, la taille des contrats signés restait modeste. Numergy a prévu d’atteindre l’équilibre financier en 2017.

A lire aussi :

Le faux départ du Cloud souverain (tribune)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur