Office 365 : les entreprises freinées par des problèmes de bande passante et de latence

CloudDSIGestion des réseauxProjetsRéseaux

Les problèmes de bande passante et de latence générés par le déploiement d’Office 365 sont sous-estimés par les DSI, selon une étude.

Office 365 est l’application Cloud la plus utilisée au monde et compte à ce jour plus de 85 millions d’utilisateurs. Ce chiffre devrait dépasser les 100 millions en 2017, mais ce n’est encore que 7% du total des utilisateurs professionnels à travers le monde. Avec Office 365, Microsoft propose aux professionnels d’accéder à leurs fichiers depuis n’importe quel appareil à tout moment, de collaborer avec des collègues et d’éliminer la nécessité de déployer des mises à jour pour les administrateurs. Mais, comme tout service Cloud, l’expérience des utilisateurs d’Office 365 dépend de la qualité et de la fiabilité du réseau.

ZscalerOr, selon une étude de Zscaler (société spécialisée dans la sécurité du Cloud) auprès de 205 grandes entreprises en Amérique du Nord, c’est là que le bât blesse. Si 78% des sociétés sondées ont adopté la suite de Microsoft ou sont en passe de la faire, pour nombre d’entre elles, le déploiement s’est avéré délicat car elles avaient sous-estimé la quantité de trafic réseau généré par Office 365. 70 % des organisations qui ont déployé la suite en mode Saas connaissent des problèmes de réseau hebdomadaires et pour 33 % d’entre elles, les difficultés sont même quotidiennes ! « Les infrastructures existantes, telles que les pare-feux et les proxies sont conçus pour les sessions à coute durée de vie issues des navigateurs, et peuvent être rapidement submergées par les connexions persistantes d’Office 365 », écrit Zscaler, dans son rapport.

Privilégier les connexions directes au Cloud

La moitié des entreprises qui emploient Office 365 a sous-estimé le coût de l’infrastructure associée au déploiement. Et ce, même si près de deux tiers des dirigeants sondés avaient les problématiques de bande passante et de latence en tête avant de se lancer dans le projet. Pour Zscaler, ce constat provient du fait que les entreprises ont préparé l’arrivée de la suite en mode Saas de façon classique, en dopant leur bande passante et en mettant à jour leurs firewalls. Des techniques qui s’avèrent dans le cas présent inefficaces, estime le fournisseur. Ainsi parmi les entreprises qui ont upgradé leurs pare-feu, près de 7 sur 10 constatent malgré tout des difficultés en matière de temps de latence. Zscaler suggère que la problématique est liée à la façon dont les réseaux traditionnels portent le trafic et que les connexions directes à Internet seraient préférables une fois que les entreprises déplacent leurs applications les plus utilisées vers le Cloud.

« A travers leurs propres expériences, les organisations découvrent qu’elles ne peuvent tout simplement pas exécuter une application Cloud de l’ampleur d’Office 365 sur l’architecture en place », explique Punit Minocha, de Zscaler.

L’étude de Zscaler indique qu’un tiers des entreprises a déjà mis en place des connexions directes vers Internet depuis leurs différentes implantations. Plusieurs fournisseurs majeurs offrent des liens directs vers les datacenters du Cloud public, éliminant les étapes intermédiaires. 70% des entreprises interrogées par Zscaler prévoient d’ailleurs d’utiliser ce type de connexion vers le Cloud. Le fruit des premiers tâtonnements avec les applications Saas, et notamment Office 365 ?

A lire aussi :

Office 365 écartera en 2020 les anciennes versions d’Office

Une agence US gâche 12 millions de dollars de licences Office 365

Photo : arttmiss via VisualHunt.com / CC BY-NC-ND

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur