Opera 35 tente de se démarquer par ses fonctionnalités

Editeurs de logicielsNavigateursPoste de travailProjets
5 4 2 commentaires

La nouvelle version d’Opera propose une gestion avancée du son et des téléchargements. Du neuf, mais pas de quoi relancer le butineur dans la course.

Le navigateur web ‘made in Europe’ Opera passe en version 35 sous Windows, OS X et – pour la première fois en mouture stable – sous Linux. Une version basée sur le projet Open Source Chromium 48.

Le butineur rattrape la concurrence, en offrant la possibilité de mettre en sourdine un onglet bavard. Il est ainsi permis de couper le son émis par une page web en deux clics sur le titre de l’onglet correspondant. Autre option, la possibilité de mettre en sourdine les autres pages web depuis la barre de titre d’un onglet.

Opera 35

Un centre de téléchargements avancé

L’interface de téléchargement du navigateur web a été refondue, avec des options permettant de filtrer les téléchargements par type : documents, PDF, images, musique, vidéos, archives, etc. Une bonne idée, pour un module particulièrement réussi.

Enfin, Opera 35 reprend les avancées de Chromium 48, à savoir un meilleur support EcmaScript 6, des avancées dans le secteur des CSS et un support plus poussé des écrans tactiles et du multimédia.

Selon StatCounter, les parts de marché au niveau mondial d’Opera se fixent à 2,03 %; 3,34 % en Europe. Le navigateur web venu du froid n’arrive donc plus à faire entendre sa voix sur un marché dominé par Chrome (57,75%), Firefox (16 %) et Internet Explorer (15,95 %). Il se rattrape toutefois en mode mobile, avec 10,9 % de parts de marché.

À lire aussi :
Opera Max compresse le streaming musical
Opera Mini adopte deux modes de compression des données
Opera booste la confidentialité du navigateur à coup de VPN


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur