Télégrammes : Oracle ne veut pas croquer Accenture ; OpenDataSoft anime Alim’confiance ; GPU : Apple en solo

ComposantsEditeurs de logicielsMobilitéPoste de travailProjetsSmartphonesSSII

Hamon part sur les routes de France pour défendre le revenu universel ? Silicon.fr reste à Paris mais défend la lecture quotidienne des télégrammes.

Rachat d’Accenture : Oracle dément. Dans les colonnes de Fortune, Oracle a fermement démenti tout projet de rachat de la SSII Accenture. « Nous ne l’avons même jamais envisagé », a expliqué un porte-parole du second éditeur mondial. Cette hypothèse avait été soulevée la semaine dernière par The Register, qui décrivait des discussions encore peu avancées entre les deux groupes. Un tel rapprochement aurait constitué un choc pour l’industrie, Accenture employant environ 400 000 personnes dans le monde pour un chiffre d’affaire de 33,7 Md$. La société de services est valorisée environ 74 Md$, ce qui en ferait un morceau difficile à avaler, même par Oracle. Le rachat d’un géant des services, qui est partenaire de tous les grands concurrents de la firme de Larry Ellison, apparaît également risqué sur le plan de la logique de marché. Même si Accenture pourrait aider Oracle à accélérer sa transformation vers le Cloud.

OpenDataSoft : l’hygiène de la donnée pour Alim’confiance. Pour l’ouverture de son service Alim’confiance, qui publie les résultats des contrôles sanitaires dans le secteur alimentaire (restaurants, cantines, abattoirs, etc.), le ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt a retenu la plateforme d’OpenDataSoft, une société française créée en 2011 et spécialisée dans l’exploitation des données (API, visualisations, monitoring). Disponible depuis aujourd’hui, le service recense les résultats des contrôles effectués depuis le 1er mars dernier (plus d’un millier). Les données sont présentées sous la forme d’une carte interactive, associée à des filtres. Elles sont également disponibles pour des services tiers (comme des sites d’avis sur les restaurants).

Apple va concevoir ses propres puces graphiques. A l’instar de l’Ax, le processeur de l’iPhone/iPad, Apple va concevoir ses propres processeurs graphiques (GPU). La mise au point de l’architecture de ce composant pourrait nécessiter entre 15 et 24 mois. C’est du moins le délai qu’a avancé la firme de Cupertino à son fournisseur actuel, Imagination Technologies, pour mettre fin à l’usage de ses licences GPU. Un coup dur pour Imagination pour qui Apple est le principal client (l’action de la société britannique a d’ailleurs plongé de 60% depuis l’annonce). L’année dernière, Cupertino, qui détenait 8,5% du capital de son fournisseur, avait proposé de l’acquérir. Sans faire d’offre réelle. Du coup, Imagination s’inquiète aujourd’hui des risques de violation de sa propriété intellectuelle. « Apple n’a présenté aucune preuve pour étayer son affirmation selon laquelle il ne nécessitera plus la technologie d’Imagination, sans violer les brevets d’Imagination, la propriété intellectuelle et nos informations confidentielles », s’inquiète le designer de GPU par communiqué. Imagination a 15 mois pour trouver un terrain d’entente avec son client.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur