Oracle pousse le machine learning à travers Database 18c

Bases de donnéesData & StockageLogicielsMiddleware

Oracle introduit des technologies de machine learning pour automatiser au maximum la gestion de sa base de données phare et réduire drastiquement ses coûts d’exploitation.

Pour l’ouverture d’Oracle World, hier dimanche 1er octobre à San Francisco, Larry Ellison en personne a présenté une nouvelle évolution majeure des solutions de la firme de Redwood Shores : Oracle Autonomous Database Cloud.

Une application qualifiée de « première base de donnée 100% automatisée ». De fait, la solution s’appuie sur des technologies d’auto-apprentissage (machine learning, branche de l’intelligence artificielle) pour mettre en œuvre l’automatisation et réduire les tâches manuelles.

Avec Oracle Database 18c, l’idée est d’éliminer une bonne partie du travail humain de gestion en mettant en œuvre la mise à jour automatique, de se corriger et de se configurer automatiquement pendant son exécution.

Entre la réduction du risque d’erreurs humaines et celle des besoins de tests de performances, le nouveau gestionnaire de base de données (SGBD) ne nécessite pas plus de 30 minutes d’arrêt, planifié ou pas, par an pour maintenance, assure Oracle. Soit une disponibilité de 99,995%.

Moitié moins cher qu’Amazon

Ce qui permet au fondateur d’Oracle d’affirmer que, benchmark à l’appui, les entreprises peuvent réduire leurs coûts de moitié par rapport à Amazon.

« Nous vous garantissons que vous réduisez contractuellement votre facture Amazon par deux, assure l’actuel président exécutif et CTO. C’est assez facile lorsque vous êtes cinq à huit fois plus rapide. Nous sommes assez confiants. »

La comparaison est faite entre la base installée dans le Cloud Oracle et celle exécutée sur Amazon Relational Database Service (RDS), le service AWS dédié à Oracle.

Au-delà des considérations économique, Larry Ellison évoque une véritable « révolution technologique » en regard des capacités de son nouveau produit.

« C’est vraiment élastique, instantanément élastique. Vous ne fournissez donc jamais plus de ressources que vous n’en avez besoin. C’est vraiment de l’informatique à la demande », assure le porte-parole star de l’éditeur.

La solution serait donc en mesure de déterminer à la volée le nombre de ressources CPU nécessaires pour exécuter une tâche et d’appliquer les modifications considérées.

Oracle 18c sera disponible dans le courant de l’année en version Cloud ou sur site. Tout comme sa version Data Warehouse. Les autres déclinaisons (NoSQL…) arriveront courant 2018.


Lire également
M8 : Oracle lance la huitième génération de processeurs Sparc
Oracle introduit de l’intelligence artificielle dans son Cloud IoT
Oracle pousse Java EE vers une fondation Open Source


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur