Oracle Digital Mission : une immersion en mode start-up et numérique

CloudCollaborationEditeurs de logicielsLogicielsProjets
Patrice Barbedette lance l'Oracle Digital Mission
2 123 Donnez votre avis

36 heures en continu, deux jours et une nuit ! C’est le temps dont disposent les candidats à Oracle Digital Mission pour présenter leur idée de start-up à un jury de spécialistes et d’investisseurs. Un concours ouvert à tous.

L’auditorium a fait le plein, ainsi que les salles adjacentes prévues pour recevoir les 400 participants à Oracle Digital Mission. Une bonne humeur et une énergie très perceptibles lors de la présentation des projets plus ou moins avancés, et souvent intéressants… Un seul mot d’ordre, ne pas se brider et oser !

Toucher du doigt la transformation digitale

Patrice Barbedette lance l'Oracle Digital Mission
Patrice Barbedette lance l’Oracle Digital Mission

«Jusqu’à présent, nous aidions les employés à comprendre l’esprit start-up et la transformation digitale, à travers des exemples comme Uber, Airb&b, BMW et les Google Glass ou encore les drones pour lutter contre la déforestation en Amazonie,» explique Patrice Barbedette, Vice President HCM South Europe & Country Applications Leader France, mais surtout responsable de la transformation digitale. «Toutefois, rien ne vaut l’immersion dans la peau d’un entrepreneur de start-up pour vivre et ressentir comment une structure légère avec un minimum de contrainte, de la collaboration et de la créativité peut mener à bien la concrétisation d’une idée.»

« From scratch to speech en 36 heures »: le slogan de l’événement décrit bien le processus. « Il s’agit d’un concentré de la vie d’une start-up sur 36 heures en continu,» s’enthousiasme Nicolas Beretti, coorganisateur de l’événement et dirigeant de Brainswatt, qu’il qualifie « d’accélérateur des capacités d’innovation des organisations ».

400 participants pour 15 projets tous azimuts

L’événement n’est pas réservé aux employés d’Oracle. D’ailleurs, des clients et partenaires proposent des projets. En outre, des créateurs de start-ups sont de la partie pour coacher ces “entrepreneurs d’un jour et demi”. Ces derniers sont incités à faire tester leurs solutions, leurs idées et à recommencer autant que nécessaire avec l’appui des spécialistes. Au final, les intéressés, s’ils sentent être soutenus (voire financés), récompensés ou non, pourront aller plus loin dans l’aventure et être accompagnés pour lancer leur start-up. Sinon, ils auront goûté à cette énergie et cette créativité.

Après la sélection des projets par vote des 400 participants (direct poll), la quinzaine de projets a été lancée avec des participants rejoignant les rangs de celui les séduisant le plus. A noter : 130 personnes ne sont pas des employés Oracle.

Parmi les premières présentations “en une minute montre en main”: Sanofi a présenté le Vaccin Connecté, des employés d’Oracle My Happyness (plateforme collaborative d’échange de services entre employés de l’entreprise, donc en confiance), CleanCity une idée pour accompagner la dépollution des anciens véhicules polluants après le 1er juillet 2016, HappyNet pour du Networking interne d’entreprise consistant à rencontrer des gens d’autres services ou filiales et (pourquoi pas?) partager un déjeuner, ou encore Le Client Hyperconnecté (passerelle de partage d’informations entre clients, partenaires, et Oracle). Sans oublier Gigz qui permettra aux groupes musicaux de trouver des lieux de concert que leur refusent les organisateurs d’événements, ou le projet d’application de réservation de salles de réunion multicritère (la plaie des grandes organisations), etc.

Une opération bien orchestrée et pédagogique

Tout est organisé et planifié, sauf les idées et les projets : la sélection, le planning, le Digital StandUp pour la nuit digitale, diverses animations comme les portes ouvertes pour rencontrer les QG des startups jeudi 23 juin à 11h00…

Peu importe le nombre de startups qui naitront réellement de cet événement, Oracle y gagnera sur tous les plans: une mobilisation de ses employés manifestement très motivés lors de la première matinée, des échanges de qualité avec des partenaires et des clients qui s’impliquent ou viennent simplement saluer une initiative dont ils souhaitent s’inspirer. Et bien entendu, le contact avec de nouveaux entrepreneurs ou le fait d’avoir favorisé l’éclosion de startups prometteuses.

Tandis que les accompagnements de startups fleurissent chez les acteurs de l’informatique (y compris chez Oracle), cette initiative à dimension collaborative et au niveau de l’entreprise et de soin écosystème ouvert sur l’extérieur fait preuve d’audace et d’originalité. Une bonne manière de sensibiliser les employés à la transformation digitale.

A lire aussi :

Résultats : Oracle soutenu par ses activités Cloud

Cloud : Oracle visé par une « class action » d’actionnaires


Auteur : José Diz
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur