Orange soutient le financement participatif de KissKissBankBank

OperateursProjetsRéseaux
2 14 Donnez votre avis

En investissant plus de 5 millions d’euros dans la plate-forme de financement participatif KissKissBankBank, Orange confirme son soutien à la Fintech.

Orange poursuit ses investissements dans les start-up et, notamment, la Fintech. Orange Digital Ventures, le fonds d’investissement interne de l’opérateur, annonce avoir pris de nouvelles participations dans DataMi (données sponsorisées), Veniam (connectivité), Wevr (réalité virtuelle) et KissKissBankBank (crowdfounding).

Si cette dernière start-up est populaire à travers sa plate-forme homonyme de dons pour financer des projets personnels artistiques, culturels ou innovants, la société créée en 2009 propose également deux solutions de financements : hellomerci, pour des prêts entre particuliers; et Lendopolis, qui soutient les lancements de PME par des personnes physiques ou morales. Orange Digital Ventures annonce avoir injecté 5,3 millions d’euros dans KissKissBankBank Technologies aux côté de Xange Private Equity (le financeur d’amorçage) et d’investisseurs privés. « Ces moyens permettront notamment à la start-up d’accélérer son expansion sur un marché français du crowdlending très dynamique », justifie l’opérateur.

Renforcer les prêts aux entreprises

« Nous allons très sérieusement renforcer les équipes de LENDOPOLIS et d’hellomerci en France pour continuer à être compétitif sur un segment du crowdlending extrêmement dynamique, confirme les dirigeants de KissKissBankBank. Nous envisageons également de lancer une quatrième plateforme en 2017 qui proposera aux internautes de devenir actionnaires de jeunes start-up françaises. » La levée de fonds soutiendra également le développement à l’international, déjà abordé en Belgique, au Canada et en Allemagne. Si les projets proviennent de plus de 40 pays différents « une présence locale sur les marchés principaux nous paraît indispensable ».

Les deux activités de financements de l’entreprise créée par Vincent Ricordeau, Ombline le Lasseur et Adrien Aumont entrent pleinement dans la stratégie d’Orange d’avancer dans la banque en ligne. Fort du succès de son application Orange Money en Afrique, l’opérateur a annoncé, le 4 janvier dernier, l’entrée en négociations exclusives pour acquérir 65% de Groupama Banque en vue de créer la banque mobile Orange Banque à l’horizon 2017.

Synergies avec la banque

« Cette prise de participation vient renforcer Orange Digital Ventures sur une de ses thématiques d’investissement prioritaire la FinTech, cela pourrait nous permettre à terme des synergies avec nos services bancaires, un des axes de diversification du groupe », confirme, de son côté, Pierre Louette, directeur général délégué d’Orange et président du fonds d’investissement maison.

L’investissement d’Orange et de Xange constitue la deuxième levée de fonds pour KissKissBankBank après un amorçage à 2 millions d’euros entre 2009 et 2012. Depuis sa création, la plate-forme de financement participative déclare avoir collecté 50 millions d’euros, dont 21 millions pour la seule année 2015, visant à financer plus de 19 000 projets, dont 68% aboutissent, par plus de 800 000 membres. S’il restera à voir comment Orange Banque pourra à son tour articuler ses services pour accélérer les financements participatifs des particuliers comme des entreprises, il n’en reste pas moins vrai que l’initiative de l’opérateur montre une réelle appétence pour le monde de la Fintech qui lui permet de se démarquer largement des ses concurrents, et des banques traditionnelles, sur ce terrain.


Lire également
Geoffroy Roux de Bézieux : « une carte à jouer dans les Fintech »
Gala DSI : « Sur le numérique, tout le monde a besoin des DSI »
Stéphane Richard met un coup de pression sur le rachat de Bouygues Telecom

crédit photo © hidesy – shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur