Orange va fibrer les Hautes-Pyrénées en fonds propres à la barbe d’Altice-SFR

FibreOperateursProjetsRéseaux

Poussé par la concurrence d’Altice-SFR, Orange dit vouloir déployer le très haut débit auprès de la totalité des foyers des Hautes-Pyrénées d’ici 2024.

La récente annonce d’Altice-SFR de vouloir déployer la fibre sur tout l’ensemble du territoire en fonds propres pousse-t-elle déjà la concurrence à réagir ? Difficile à dire mais il n’en reste pas moins qu’Orange a décidé, lui aussi, de couvrir certains territoires situés en zones blanches sans recourir aux subventions proposées à travers les réseaux d’initiative publique (RIP) des collectivités. C’est notamment le cas dans les Hautes-Pyrénées où l’opérateur historique s’est engagé à connecter l’intégralité des foyers dans les zones les plus isolées du département en investissant ses propres deniers et sans aucune subvention publique.

Le Conseil départemental a retenu, vendredi 21 juillet, l’offre qu’Orange avait formulée en mai dernier. L’opérateur, qui présente l’avantage d’avoir déjà équipe en fibre Tarbes et Lourdes non éligibles au RIP, entend amener le FTTH (fibre optique à domicile) à 90% des logements en 2022. Les 10% des foyers les moins accessibles seront raccordés en 2024 avec un « mix technologique ». Un peu de fibre, mais surtout de la montée en débit sur les lignes ADSL et des solutions radio (4G fixe). Au total, Orange raccordera quelques 156 000 prises sur le département.

Plus rapide et moins cher

Pourquoi ce choix du Conseil général ? C’est «  beaucoup plus vite, beaucoup moins cher », résume la communication du département. « Cet équipement numérique sur les seuls fonds publics n’était pas possible avant 2032 », poursuit le communiqué. Qui plus est, le déploiement de la fibre ne coûtera rien aux administrés, alors qu’il était évalué à 270 millions d’euros dans le cadre d’un RIP (dont 200 supportés par le département). Une première pour une zone très rurale. Orange n’a cependant pas détaillé le montant de son investissement sur la zone. L’initiative n’en démontre pas moins l’effet de l’annonce de SFR – la volonté affichée d’équiper sur fonds propres dans des territoires normalement dévolus aux RIP – sur la concurrence.

Car si l’offre d’Orange est antérieure à la récente initiative d’Altice-SFR, ce dernier a néanmoins servi de levier pour pousser l’opérateur historique à améliorer son offre. Le 11 juillet, le Conseil général validait sa proposition de couvrir 106 communes en très haut débit. Le 17 juillet, Altice-SFR faisait connaître son intention de venir sur les Hautes-Pyrénées, conformément à son plan national. Le 19 juillet, Pierre Louette, le directeur général délégué d’Orange, reprenait la main en s’engageant à couvrir l’intégralité des 472 communes (dont 10% avec des technologies alternatives à la fibre). Altice-SFR s’obstinera-t-il malgré tout à déployer son propre réseau en Hautes-Pyrénées ? « Nous couvrirons 100% du territoire en 2025 », continue d’affirmer Michel Combes. La guerre du déploiement de la fibre dans les zones rurales est ouverte entre Orange et SFR.


Lire également

Le THD pour tous dès 2020 : « mais de quel débit parle-t-on ? »
Fibre : le RIP de la région Grand Est échappe à Altice-SFR
Une feuille de route en septembre pour le déploiement du très haut débit


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur