OVH prêt à commercialiser son CDN

Cloud
OVH CDN
7 7 Donnez votre avis

OVH finalise les tests de son CDN. Entièrement personnalisable, le réseau de serveur cache de l’hébergeur ouvre de nouvelles perspectives à ses clients et non clients.

Malgré sa relative discrétion, OVH est un acteur qui ne cesse d’innover. L’entreprise de Roubaix avant tout connue pour ses offres d’hébergement à bas prix et d’enregistrement de noms de domaines, inaugure une nouvelle activité : opérateur CDN.

Le Content Delivery Network s’apparente à un réseau de serveurs caches qui, en déportant au plus près des visiteurs les contenus, optimisent le trafic en apportant un meilleur temps de réponse et en évitant de saturer les infrastructures. Un CDN permet ainsi à une entreprise à l’activité internationale d’offrir des services de qualité de manière homogène dans le monde sans nécessairement avoir à déployer ses propres infrastructures sur chacun de ses marchés.

Rempart contre les attaques DDoS

Autre avantage, le CDN offre une protection contre les attaques DDoS en offrant, d’une certaine manière, un rempart de serveurs avant que les requêtes en série ne viennent atteindre le serveur central, laissant ainsi le temps à l’opérateur du service de réagir en conséquence. Quant au référencement, il s’en trouve amélioré du fait des temps de latence optimisés, un critère qu’apprécie particulièrement Google et les robots d’indexation en général.

OVH CDN
OVH a déployé son CDN en Europe (ci-dessus), en Amérique du Nord (Chicago, Dallas, Newark, New York, San José, Ashburn, Atlanta, Los Angeles, Miami, Seattle, Palo Alto, Toronto) et en Asie (Hong Kong, Tokyo et Singapour).

C’est donc ce service qu’OVH s’apprête à proposer à ses clients après plus d’un an de développement. Pour cela, l’hébergeur appuie son CDN sur ses 33 points de présences (POP) en Europe, aux Etats-Unis et en Asie dont 20 disposent de serveurs cache « maison ». Dotés de disques SSD (technologie flash à réponse rapide), ils stockent principalement les contenus statiques des sites ainsi mis en cache. Le transport est lui assuré sur le propre réseau de fibre optique de l’hébergeur complété par des accords mondiaux d’interconnexion avec des opérateurs.

Personnalisation granulaire du CDN

OVH entend distinguer son offre sur plusieurs points. D’abord en proposant le service indépendamment de l’utilisation de ses infrastructures d’hébergement. Un non client OVH pourra le devenir sur la seule partie CDN, donc. Par ailleurs, le service attribue une IP anycast dédiée, donc unique. Ce qui permettra d’éviter de risquer de se voir blacklister son IP à cause d’un autre utilisateur de CDN aux activités illicites.

De plus, le CDN est totalement personnalisable, selon OVH. Un client qui souhaite mettre en cache ses fichiers JPEG uniquement pour un temps déterminé le pourra. La solution permet par ailleurs d’installer et configurer 1000 noms de domaines. De quoi satisfaire les besoins des agences web et autres clients distributeurs auxquels s’adresse l’offre en premier lieu. Enfin, OVH met en avant une bande passante « à la carte » avec « un To environ 3 fois moins cher que chez nos concurrents », avance Thomas Bernier, chef de projet. Notons enfin que l’opérateur roubaisien a implémenté les certificats SSL permettant ainsi d’assurer les transactions commerciales, notamment, de manière optimale.

Concurrencer Akamai ?

Le service, qui termine sa phase de bêta test, évoluera prochainement à travers une offre de CDN statique avec la mise à disposition d’un espace illimité de stockage de fichiers. Côté gestion, les clients auront bientôt accès à plus de statistiques afin de constater les performances de leur CDN. Et ajuster ainsi leur demande en fonction de leurs besoins.

Si OVH n’a pas l’intention de viser les « gros » diffuseurs de contenus dans un premier temps, il ne s’en attaque pas moins à un marché du CDN aujourd’hui principalement détenu par Akamai.


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – Le vocabulaire des télécoms


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur