PagesJaunes finalement cédées à KKR

Cloud

France Télécom encaissera 3,3 milliards d’euros pour sa filiale valorisée à 6 milliards

L’affaire est presque bouclée. Malgré le désistement de candidats de taille comme Vivendi, France Télécom est sur le point de vendre les 54% qu’il détient dans PagesJaunes. L’opérateur historique annonce des discussions exclusives avec le fonds d’investissement KKR (Kohlberg, Kravis Roberts & Co Ltd).

Le montant de l’opération est conforme aux prévisions: France Télécom encaissera 3,3 milliards d’euros grâce à cette opération, soit un prix de cession par action de 22 euros. Ce qui valorise l’entreprise à 6,1 milliards d’euros. Un complément de prix de 0,6 euro par action, soit un total de 90 millions d’euros pour France Télécom, sera versé par KKR s’il obtient plus de 95% du capital et des droits de vote de PagesJaunes Groupe à l’issue de la garantie de cours qu’il a l’intention de lancer après l’acquisition de la participation de France Télécom au capital de PagesJaunes Groupe. Dans un communiqué, l’opérateur historique précise que KKR « propose de poursuivre la stratégie de PagesJaunes Groupe avec son équipe de direction tout en capitalisant sur l’expertise et le savoir-faire de ses salariés ». Un point de vue qui n’est pas partagé par les syndicats. Sud PTT a dénoncé ce projet de cession affirmant que les « 3.600 salariés » du groupe avaient « tout à craindre » de cette opération. Cette offre sera soumise au Conseil d’administration de France Télécom le 26 juillet et fera l’objet d’une consultation des comités d’entreprise concernés. En juin dernier, France Télécom a officiellement annoncé son intention de se séparer de sa participation de 54% dans Pages Jaunes. Pourtant rentable (Pages Jaunes a enregistré en 2005 une augmentation de 22% de son bénéfice net à 261,7 millions d’euros), cette filiale ne correspond plus au nouveau positionnement de l’opérateur historique. Reste à savoir ce que France Télécom fera de cet argent: selon des analystes interrogés par l’agence AFX, l’opérateur historique pourrait en profiter pour procéder à des acquisitions, par exemple les minoritaires de sa filiale belge Mobistar. Plus simplement, il pourrait l’utiliser pour parvenir à ses objectifs financiers. Si au départ, pas mal de candidats se sont montrés intéressés, la valorisation de PagesJaunes en a fait fuir plus d’un. Outre Vivendi, les fonds de capital d’investissement Axa Private Equity, BC Partners, PAI Partners et Apax Partners, ont abandonné le dossier. À la mi-juillet, il ne restait plus que deux offres, celle de Texas Pacific Group et du consortium composé de Kohlberg Kravis Roberts (KKR) et de la branche de capital-investissement de Goldman Sachs. PagesJaunes a fait état d’un bénéfice net de 131,5 millions d’euros (+9,5%) au premier semestre, d’un résultat d’exploitation de 194,7 millions (+8,2%), d’une marge brute opérationnelle de 209,2 millions (+2,8%) et d’un chiffre d’affaires de 512,4 millions (+6,4%). Mais ses prévisions ont déçu avec des prévisions revues à la baisse. La nouvelle concurrence sur le marché des renseignements explique ce pessimisme. Notons également que France Télécom a annoncé ce lundi la vente pour 60 millions d’euros de FTMSC (France Télécom Mobile Satellite Communications) à Apax (lire notre article).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur